La part de marché des émergents dans l'assurance continue de progresser

le 25/06/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Ces pays ont représenté 17,6% des primes émises en 2014, selon l'étude Sigma publiée par Swiss Re. L'Asie reste une locomotive.

Les marchés émergents restent un moteur pour l'industrie mondiale de l'assurance. Les primes totales émises dans ces régions ont progressé de 7,4% l'an dernier pour atteindre 839 milliards de dollars. Soit un niveau nettement supérieur à celui de la croissance du PIB (+4,1%). C'est dans le secteur non-vie que la vigueur de l'activité est la plus spectaculaire. Les primes ont gonflé de 8%, contre 6,9% dans le secteur vie, selon les données présentées par Swiss Re dans sa dernière étude Sigma.

En Asie émergente, l'assurance vie se développe à bon train, avec une croissance de primes de 9,9% l'an dernier, contre 3,3% en 2013. Cette performance est «surtout le fait de la Chine engagée dans une reprise (+13%) tirée par de nouveaux canaux de distribution tels que la vente en ligne, un nouvel essor de la bancassurance et une baisse des rachats», soulignent les spécialistes de Swiss Re.

En non-vie, la croissance des primes reste solide à l'échelle de l'Asie émergente (+15% en 2014, contre +13% en 2013). Et les perspectives sont favorables pour l'ensemble du marché asiatique. Pékin vise ainsi une hausse du taux de pénétration de l'assurance totale à 5% d'ici à 2020, contre 3,3% en 2014. En Inde, l'entrée en vigueur de l'Insurance Laws (Amendment) Bill devrait dynamiser le marché.

L'Asie émergente mise à part, les autres marchés en développement ont connu des évolutions plus poussives. Le «soft market» gagne progressivement l'Amérique latine et les Caraïbes, avec une croissance des primes d'assurance vie en nette décélération (+3,3% en 2014, contre +4,2% en 2013). Une situation qui devrait perdurer en 2015 et au cours des années à venir. Le tableau est encore plus dégradé en Afrique, freinée par l'Afrique du Sud, avec une croissance des primes ramenée de 6% en 2013 à 1,6% l'an dernier.

Enfin, parmi les zones les plus difficiles figure l'Europe centrale et de l'Est (-2,1% en vie), même si la situation s'améliore dans plusieurs pays (Pologne, Hongrie, Slovaquie...), ainsi que le Moyen-Orient, l'Asie centrale et la Turquie (-1%). Malgré des évolutions contrastées, la part globale des primes des marchés émergents a progressé de 0,6 point de pourcentage et ressort désormais à 17,6%. Pour cette année, Swiss Re table sur une croissance toujours «robuste» des primes non-vie et sur une hausse en vie.

A lire aussi