La taxe Obama cible les banques d’investissement

le 15/01/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

50 établissements devront acquitter durant dix ans une contribution assise sur leur actifs

Goldman Sachs et Morgan Stanley risquent d’être les principaux contributeurs à la nouvelle «taxe de responsabilité de crise financière» que le président américain Barack Obama a présentée hier. Par son mode de calcul, la mesure pénalisera en effet les établissements se finançant sur les marchés par rapport aux banques de dépôt. Présentée dans le projet de budget 2011 début février, elle est censée rapporter 90 milliards de dollars en dix ans et compenser le coût estimé du Tarp, le fonds de soutien au secteur financier.

A lire aussi