Le surendettement gagne du terrain en France

le 30/06/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le nombre de dossiers ayant pour origine des crédits non maîtrisés a quasiment doublé entre 2008 et 2009, selon le réseau Cresus

Avec 217.000 plans de surendettement déposés en 2009, et 43.000 procédures de faillite personnelle (soit une perte de plus d'un milliard d’euros pour les prêteurs), le réseau des chambres régionales de surendettement (Cresus) a fort à faire. Le montant moyen d’un dossier s’élève aujourd’hui à 41.000 euros.

Cette situation est essentiellement due à une accumulation des crédits de trésorerie (87% des dossiers gérés par Cresus). La cause principale du surendettement est donc à mettre au compte de la mauvaise tenue budgétaire des particuliers. Ainsi, le nombre de dossiers de surendettement ayant pour origine des crédits de trésorerie non maîtrisés a presque doublé entre 2008 et 2009, passant de 11.947 à 21.947.

Pour le président de la fédération française des associations Crésus, Jean-Louis Kiehl, pas question de fustiger les banques : «On ne peut pas tout rejeter sur les banques. […] Un crédit, ça se rembourse». Mais le «gâchis» pourrait être évité, notamment en détectant plus tôt les situations à risques. C’est dans cette optique que Cresus se bat pour l’instauration d’une loi de «fichier positif contrôlé, recensant les encours de crédits des particuliers», afin que les banques puissent se tenir informées de l’existence de prêts souscrits auprès d’autres établissements par leurs clients.

Un dispositif qui figure à l’état embryonnaire dans le projet de loi Lagarde sur le crédit à la consommation adopté ce 22 juin par le Parlement: un groupe de réflexion sera créé sur cette question. Le texte prévoit aussi l'encadrement de la publicité et du crédit renouvelable, la liberté de choix de l'assurance emprunteur des crédits immobiliers, et la réforme du taux d'usure qui dépendra du montant emprunté.

A lire aussi