Le sauvetage des banques coûte cher aux gouvernements européens

le 15/06/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Ces derniers ont consacré 3.770 milliards d’euros en injections de capital, garanties de passifs, reprise d’actifs dépréciés et soutien de la liquidité

Les gouvernements européens payent un lourd tribut pour sauver leurs banques. Dans un document, dont Bloomberg a obtenu une copie, la Commission européenne, les Etats membres de l’Union européenne et la BCE soulignent que les gouvernements du Vieux Continent ont consacré 3.770 milliards d’euros au sauvetage du secteur bancaire. Un chiffre à comparer aux 12.800 milliards de dollars dépensés par les Etats-Unis.

Dans le détail, il ressort que 2.920 milliards d’euros ont été affectés aux garanties de passifs, 505,6 milliards au soutien de la liquidité bancaire, 311,4 milliards aux injections de capital, et 33 milliards à la reprise d’actifs dépréciés.

Par ailleurs, le Royaume-Uni est le pays qui a consacré le plus de moyens pour restaurer la confiance dans ses établissements financiers, avec 781,2 milliards d’euros engagés, soit un peu plus du double des engagements français (voir le tableau).

Si les différentes mesures prises ont « contribué à la stabilisation des conditions extrêmement tendues sur les marchés financiers », compte tenu des sommes engagées et des primes de risques qui demeurent élevées, leur efficacité sera débattue lors de la réunion des dirigeants européens la semaine prochaine.

En outre, le document visé par Bloomberg souligne que les dirigeants européens vont devoir faire la lumière sur les dépréciations d’actifs et poursuivre leurs efforts pour restaurer la confiance dans le secteur bancaire. De fait, de nouvelles recommandations devraient être approuvées d’ici la fin du mois afin d’exiger des banques qu’elles cèdent certains actifs en échange de l’aide des Etats et de l’approbation des autorités quant à leur plan de restructuration.

A lire aussi