Mariage en vue pour Macif, Maif et Matmut

le 20/03/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Officialisée le 24 mars, cette union va donner naissance à un nouveau poids lourd de l’assurance française

Une révolution dans l’assurance française. Les assureurs mutualistes Macif, Maif et Matmut sont en effet sur le point de se rapprocher, confirmant ainsi une information dévoilée par La lettre de l’Assurance. Une union qui doit être officialisée mardi prochain. Dans une lettre adressée aux salariés de la Macif, que L’Agefi s’est procurée, Roger Iseli, directeur général, précise que «les trois sociétés ont l’intention de voir comment constituer une société de groupe d’assurance mutuelle (Sgam)».

Menée dans le plus grand secret, cette opération va donner naissance à un nouveau poids lourd de l’assurance française. Le groupe comptera en effet plus de dix millions de sociétaires pour un chiffre d’affaires combiné de 9,2 milliards d’euros. Une manière donc de riposter à la montée en puissance de Covéa, qui réunit les mutuelles GMF, Maaf et MMA. Avec 12,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires et plus de dix millions de sociétaires, le groupe a en effet pris une avance considérable sur la Macif, la Maif et la Matmut.  «Les avancées de Covéa tétanisent bon nombre de mutuelles», souligne un professionnel. En s’unissant, Macif, Maif et Matmut combleraient donc leur retard.

D’ailleurs, dans sa lettre, le directeur général de la Macif ne cache pas que «la création de ce pôle mutualiste» s’inscrit dans «un environnement concurrentiel de plus en plus difficile». En s’unissant, les trois compagnies souhaitent ainsi «renforcer leurs positions respectives et poursuivre leur développement en s’appuyant sur la solidité de l’ensemble». Macif, Maif et Matmut devraient surtout pouvoir mutualiser certaines fonctions supports et réaliser ainsi des synergies de coûts. Ainsi, elles pourraient rapprocher leur gestion des sinistres automobiles, cœur de métier de trois mutualistes.

Des interrogations subsistent cependant quant à la précipitation d’une telle union, certains professionnels soupçonnant des problèmes financiers chez l’un des trois partenaires. «Dans l’économie sociale, c’est généralement la difficulté financière de l’un des partenaires qui pousse à un rapprochement, explique Cyrille Chartier-Kastler, président du cabinet Facts & Figures. Dans les autres cas, la mise en place rapide d’un management unique est indispensable, comme vient de le montrer AG2R La Mondiale».

La gouvernance constitue d’ailleurs un véritable enjeu pour le nouveau groupe, notamment en raison des fortes personnalités que sont Gérard Andreck, Roger Belot et Daniel Havis, respectivement président de la Macif, la Maif et la Matmut. De plus, ces trois compagnies possèdent une forte culture d’entreprise qu’il sera sans doute difficile de diluer dans une structure unique. «Un rapprochement à trois est extrêmement difficile à mener à bien. Nous n’avons pas d’expérience réussie à ce jour dans l’assurance, indique Cyrille Chartier-Kastler. Rappelons-nous la tentative de rapprochement entre les MMA, Azur et Generali en 2004 concernant leurs réseaux d’agents généraux». Une tentative qui s’était soldée par un échec pour Generali. Le plus dur est donc à venir pour les trois nouveaux partenaires.

A lire aussi