Le Crédit Mutuel CIC dans le rouge au deuxième semestre 2008

le 27/02/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe financier a accusé une perte avant impôt de 296 millions d’euros. Le coût du risque a été multiplié par six de juin à décembre

Le Crédit Mutuel CIC (CM4-CIC), composé l'an dernier des quatre fédérations Centre-Est Europe, Sud-Est, Ile-de-France et Savoie Mont Blanc, et du CIC fait les frais de la crise. Alors qu’il affichait un bénéfice avant impôt de 678 millions d’euros à fin juin 2008, le groupe a réalisé sur l’année un bénéfice de 382 millions d’euros, en chute de 87% sur un an et impliquant une perte de 296 millions d’euros sur la seconde partie de l’exercice. Le coût du risque a été multiplié par 6,5 entre le premier et second semestre, atteignant 1,06 milliards d’euros. Sur ce montant, 484 millions d’euros sont imputables à la faillite de Lehman et 65 millions d’euros aux banques islandaises.

En 2008, sur la base d’un produit net bancaire en recul de 22,2%, le résultat net a accusé un recul de 74,5% à 509 millions d’euros. «Ce recul est lié à trois éléments que sont le coût du risque exceptionnel, la chute du PNB sur les activités de marché et de nos participations liées au recul des valorisations», a expliqué Alain Fradin, directeur général adjoint du groupe.

En dépit du contexte actuel, «nous défendons notre ligne de fonds propres de 20 milliards d’euros», a ajouté Alain Fradin.

En 2009, le groupe entend renforcer son réseau en France et dans les pays géographiquement proches. L’accent sera mis sur la croissance organique après la réalisation de plusieurs acquisitions (Citibank Allemagne et Cofidis, devant être prochainement finalisée). Alors que le Crédit Mutuel-CIC a réalisé 4% de son chiffre d’affaires hors de France en 2008, «ce chiffre devrait être porté à 25% en année pleine» suite à ces opérations, a indiqué Etienne Pflimlin, président du conseil de surveillance.

A lire aussi