Les créances douteuses des banques espagnoles ont quadruplé en 2008

le 17/02/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La proportion de ces créances, qui ont atteint 63,1 milliards d’euros, s’est établie à 3,38% en décembre 2008, contre 0,92% un an plus tôt

Une progression exponentielle. Alors que le taux de créances douteuses dans le portefeuille de prêts des banques espagnoles s’élevait à 0,92% fin décembre 2007, celui-ci a quasiment quadruplé, à 3,38% fin 2008. Le montant de ces créances a atteint en décembre dernier 63,1 milliards d’euros, pour un portefeuille de prêts global de 18.699 milliards d’euros, selon des chiffres de la Banque d’Espagne.

Cette évolution n’est qu'un début aux yeux des spécialistes. «Nous prévoyons que la qualité des actifs des banques espagnoles continue à s’affaiblir de manière significative sur les deux prochaines années sur l’ensemble des portefeuilles de créances. Nous pensons également que la rentabilité sera entachée par des coûts de financement accrus, une plus faible croissance de l’activité et un accroissement des besoins de provisions», estimait mi-janvier l’agence de notation Standard & Poor’s.

Pour le bureau d’études Keefe, Bruyette & Woods (KBW), «il existe un risque baissier (sur le secteur bancaire espagnol), en raison d’un difficile atterrissage dans le secteur immobilier et de la poursuite des turbulences sur les marchés de crédit, devant accroître le ralentissement et pousser l’économie dans une grave récession».

Les taux de créances douteuses des différentes banques, européennes mais également au sein même de l’Espagne, sont difficiles à comparer, chacune appliquant un mode de calcul et des paramètres différents. Alors que KBW estime le taux de créances douteuses en Espagne à 2,40% à fin 2008, ceux de Santander et BBVA, se basant uniquement sur les activités de détail domestiques, s’établissent respectivement à 2,77 et 2,82%.

A lire aussi