BNP Paribas simplifie la structure de ses activités en Turquie

le 07/06/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En fusionnant TEB et la filiale locale de Fortis, BNP Paribas détiendra 50 % du neuvième acteur bancaire turc en termes d’actifs

La fusion, attendue et annoncée la semaine passée, des activités turques de BNP Paribas (BNPP) va permettre une réelle simplification de la structure et du contrôle. TEB, détenue à 42,1% par BNPP, et Fortis Bank Turquie, hérité du rachat de Fortis et détenue à 70,6 %, vont être rapprochés au sein d’une nouvelle entité rebaptisée TEB. «Cela créera la neuvième banque turque en termes d’actifs avec une part de marché dans les prêts aux particuliers de 4,7%. BNP Paribas Fortis [structure intermédiaire, ndlr] ne sera par ailleurs plus impliqué dans la chaîne de gouvernance», indique le bureau d’études KBW. La fusion, qui doit être effective à partir de 2011, sous réserve de l’aval des autorités compétentes, pourra être l’occasion d’accroître les synergies du groupe en Turquie.

TEB Mali, actionnaire majoritaire de TEB, a vocation à rester détenu à parité par BNPP et la banque turque Colakoglu. «Ce qui suppose que le groupe Colakoglu rémunère, d’une manière ou d’une autre (cash ou autre participation), l’apport de Fortis Bank Turquie» à TEB, indique CM-CIC Securities, qui précise qu’à ce stade, ces modalités ne sont pas communiquées.

A la fin du premier trimestre 2010, les activités de BNPP en Turquie représentaient 26% du pôle Europe-Méditerranée, les pays émergents ne pesant par ailleurs que 12% de l’ensemble des revenus du groupe, toutes divisions confondues, ce qui «est relativement faible», selon CM-CIC. «La Société Générale réalise près du quart de son activité dans les zones émergentes, uniquement dans le retail», indique un analyste.

«Le groupe tient à garder 60% de l’ensemble de ses revenus sur ses marchés domestiques, mais BNPP souhaitera rapidement augmenter sa part (15-20%) de revenus dans des zones à plus forte croissance, en commençant par la Turquie et la Pologne», estime CM-CIC.

A lire aussi