Année noire pour les établissements de crédit à la consommation

le 26/01/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La production a chuté de 13,3 % l’an dernier en France, un record historique, après un plus bas de -18,7 % au deuxième trimestre, selon l’ASF

Les spécialistes du crédit à la consommation se souviendront longtemps de 2009. La production de crédit a chuté de 13,3% en France, un record historique depuis 45 ans de statistiques, après déjà une baisse de 2,4% en 2008, révèle l’Association française des sociétés financières (ASF). Pour Sofinco, cette baisse équivaut à la perte d’un point de PIB, les dépenses réalisées grâce au crédit à la consommation pesant plus de 7% du PIB français. Les crédits 2009 se sont ainsi limités à 38 milliards d’euros, soit, en euros constants, un retour au niveau de 2001, ajoute la filiale du Crédit Agricole. Le pic avait été atteint en 2007 à 46 milliards d’euros.

Le point bas a été atteint à la fin du deuxième trimestre, avec une chute de 18,7% des crédits, suivi d’un redressement à -16% au troisième trimestre et -5,5% au quatrième.

Les prêts personnels (y compris les rachats de créances) sont les plus touchés, en recul de 23% l’an dernier et expliquent à eux seuls 45% de la baisse annuelle du crédit à la consommation. Seuls les financements d’automobiles neuves (crédit classique) ont progressé en 2009, en hausse de 2,7%, même si les opérations de location avec option d’achat dans l’automobile ont reculé de 14,5%. Le financement d’équipements du foyer marque un recul de 13%, sans signe de reprise au quatrième trimestre.

Pour Sofinco, cette baisse s’explique à la fois par la baisse de la consommation de biens durables en valeur, avec un montant moyen unitaire d’un crédit en baisse de plus de 10%, par la baisse de la confiance des ménages, qui ont préféré épargner, et par la décrue de l’immobilier, les crédits immobiliers et à la consommation étant corrélés avec un décalage de neuf à douze mois.

A lire aussi