La tension monte chez BPCE à l'approche du procès de François Pérol

le 26/05/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

BPCE a démenti réfléchir à une gouvernance intérimaire. Le procès du président du directoire doit débuter le 22 juin à Paris.

L'approche du procès de François Pérol, qui doit se tenir à Paris les 22, 24 et 25 juin, fait monter la tension au sein du groupe BPCE. Le président du directoire a été renvoyé en correctionnelle pour prise illégale d’intérêt dans le cadre de l’enquête sur les conditions de sa nomination en 2009. Vendredi, BPCE a démenti «catégoriquement» une information du Monde selon laquelle Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, aurait demandé à François Pérol de «garantir une gouvernance efficace du groupe» à l’approche de ce procès.

François Pérol avait été nommé président du groupe BPCE moins de trois ans après avoir été secrétaire général adjoint de l’Elysée sous la présidence de Nicolas Sarkozy pendant près de deux ans. Il avait alors participé à la constitution du groupe né du rapprochement des Caisses d’épargne et des Banques populaires. La peine maximale encourue pour prise illégale d’intérêt est de 2 ans de prison et 30.000 euros d’amende.

Le démenti de BPCE est co-signé de Pierre Valentin, nommé le jour même président du conseil de surveillance du groupe à l’issue de son assemblée générale. Egalement président du conseil d'orientation et de surveillance de la Caisse d'épargne de Languedoc Roussillon, il succède à Stève Gentili, président du conseil d'administration de BRED-Banque populaire, qui devient vice-président du conseil de surveillance de BPCE. Pierre Valentin et François Pérol démentent «qu’une quelconque réflexion sur la nomination d’un dirigeant intérimaire ait été étudiée au sein du groupe». «Le groupe BPCE regrette que Le Monde n’ait pas pris soin de l’appeler avant la publication de son article et se réserve la possibilité d’y apporter des suites judiciaires eu égard à son caractère préjudiciable», insiste le communiqué de la banque.

François Pérol a été reconduit le 19 mai à la présidence du conseil d’administration de Natixis, dont BPCE est maison mère, lors d’une assemblée générale qui a prolongé pour 4 ans les mandats de dix administrateurs. Renouvelé en novembre 2012, le mandat de François Pérol comme président du directoire de BPCE doit s’achever en mai 2017. L’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy est également devenu le 1er septembre 2014, pour un an, président de la Fédération bancaire française.

A lire aussi