Les Agnelli contrecarrent les ambitions d’Axis vis-à-vis de PartnerRe

le 15/04/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La holding Exor propose au bermudien une offre entièrement en numéraire, qui représente une prime de 16% par rapport à celle d'Axis.

La concentration du secteur de la réassurance prend une dimension guerrière avec la bataille qui vient de débuter pour le contrôle du bermudien PartnerRe.

Exor, la holding de la famille Agnelli, a annoncé hier soir avoir déposé une offre auprès de PartnerRe, au prix de 130 dollars par action. La proposition (présentée comme «amicale») valorise la cible 6,4 milliards de dollars (six milliards d’euros) et serait payée comptant. Dixième réassureur mondial selon Moody’s, PartnerRe capitalise 5,65 milliards de dollars.

Ce coup de théâtre vient concurrencer le projet de rapprochement entre le groupe des Bermudes et Axis Capital, annoncé en janvier. Ce projet ambitionnait de former l’un des principaux réassureurs mondiaux, qui aurait pesé 14 milliards de dollars en Bourse, cumulerait plus de 10 milliards de dollars de primes brutes, pour un bilan de 33 milliards de dollars. Les actionnaires de PartnerRe auraient reçu 51,6% du capital du nouveau groupe et ceux d'Axis 48,4%.

Mais Axis propose un échange d’actions. L’offre des Agnelli a donc de quoi faire hésiter les actionnaires de PartnerRe. Exor enfonce le clou: «Comparé à un rapprochement réalisé intégralement par échange d’actions, [notre proposition] crée davantage de valeur pour les actionnaires de PartnerRe. Elle apporte une plus grande certitude puisqu’elle est entièrement en numéraire, totalement financée et n’est pas conditionnée à une augmentation de capital d’Exor», indique la holding. Il affirme que ces termes représentent une prime de 16% par rapport au projet d’Axis. PartnerRe a indiqué qu’il allait étudier l’offre d’Exor. Axis recevrait un dédommagement de 250 millions de dollars si le Bermudien convolait avec son prétendant italien, indiquent les analystes de MKM Partners.

Outre sa trésorerie, Exor bénéficie d’une facilité de crédit de 4,75 milliards de dollars apportée par Citigroup et Morgan Stanley. La holding est conseillée par BDT & Company, Morgan Stanley et Citigroup.

La baisse des primes liée à la concurrence et la faible demande des assureurs poussent à la consolidation du secteur de la réassurance. XL et Catlin ont annoncé leur mariage fin 2014, Fairfax Financial et Brit en février dernier, tandis qu’Endurance Specialty a annoncé fin mars l’acquisition de Montpelier Re.

Actionnaire notamment de Fiat Chrysler Automobiles et de Cushman & Wakefield (qu’il veut vendre), Exor veut se diversifier dans les services, en particulier dans les domaines financiers.

A lire aussi