La Banque Postale et Malakoff Médéric vont nouer une double alliance

le 26/01/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le projet est passé devant le conseil d'administration de La Poste jeudi dernier. Il concerne l'assurance santé collective et la gestion d'actifs.

La Banque Postale et le groupe de protection sociale Malakoff Médéric auraient trouvé un accord préliminaire sur les termes de leur partenariat, en discussion depuis plusieurs semaines, a appris L'Agefi de sources proches du dossier. Le projet a été approuvé le 22 janvier lors d’un conseil d'administration de La Poste et une annonce officielle pourrait intervenir dès cette semaine, une fois toutes les instances de décision consultées. «C'est encore prématuré», tempérait vendredi un proche de Malakoff Médéric.

L'alliance des deux groupes est liée au rapprochement en cours de Malakoff Médéric et de la Mutuelle Générale, qui a fait l'objet d'un protocole signé les 21 et 22 janvier. La Mutuelle Générale est en effet le partenaire de la Banque Postale en assurance santé individuelle. Les deux groupes sont associés au sein de la Banque Postale Assurance Santé, détenue à 65% par la banque et à 35% par la mutuelle. Cette compagnie, qui a démarré ses activités en décembre 2011, affichait au 30 juin dernier un portefeuille de 70.000 contrats pour un produit net bancaire de 3,8 millions d’euros.

Le premier volet du partenariat prévoit que Malakoff Médéric entre au capital de la société commune. Cette arrivée permettra surtout à la structure de développer une offre d'assurance santé collective, indispensable dans la perspective de la généralisation des contrats complémentaires santé en entreprise en 2016 dans le cadre de l’ANI. Malakoff Médéric apportera ses compétences techniques, et la Banque Postale un réseau où 80 chargés d’affaires devraient être mobilisés sur ce nouveau métier.

Le deuxième volet porte sur la gestion d'actifs. Fédéris Gestion d'Actifs, filiale de Malakoff, qui gère 25 milliards, a vocation à se rapprocher de la Banque Postale AM, dont les encours approchaient 150 milliards à fin décembre. Les deux partenaires réfléchissaient déjà, chacun de leur côté, à leur taille critique dans l’asset management. FGA, en particulier, gère environ un tiers de ses actifs pour le compte de l’Agirc-Arrco, une poche vouée à s’évaporer au fil du temps compte tenu de la situation financière tendue des retraites complémentaires.

S’il permet à La Banque Postale AM de grandir, l’accord ne la fera pas changer de dimension. «De ce point de vue, le partenariat annoncé avec Ageon fin 2014 est plus structurant», explique un administrateur de La Poste. Censé se conclure au premier trimestre, il prévoit l'entrée d'Aegon AM au capital de LBP AM à hauteur de 25%.

A lire aussi