L’Afer et Gaipare se préparent à la faiblesse persistante des rendements

le 14/01/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les associations d’épargnants, qui ont annoncé une baisse des taux de leurs fonds en euros, mettent en avant leurs offres en unités de compte.

L’appel à la prudence lancé fin octobre par le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, aux acteurs de l’assurance vie a été entendu par l’Afer et Gaipare. Confrontées au plongeon des taux d’intérêts, les deux associations d’épargnants ont ainsi chacune abondé l’an dernier leurs provisions pour participation aux bénéfices (PPB), au détriment des taux servis en 2014 sur leur contrat en euros.

Pour la première fois de son histoire, l’Afer a ainsi mis de côté 80 millions d’euros, ce qui a soustrait 20 points de base (pb) au rendement de son fonds garanti en euros, qui est ressorti à 3,20% en 2014, après 3,36% en 2013. De son côté, Gaipare a provisionné 6,4 millions d’euros, avec à la clef un rendement là encore diminué de 20 pb, à 3,40% contre 3,47% en 2013.

Ces performances, modestes d’un point de vue nominal, demeurent néanmoins de bonne facture dans un contexte de taux très bas et de faible inflation. «En termes réels, le taux servi s’est établi à 3% l’an dernier, contre une moyenne de 2,55% depuis 1976», a rappelé Jean-François Boulier, le président du directoire d'Aviva Investors France, qui gère le fonds en euros de l’Afer. «Le vrai challenge concerne les taux des prochaines années, et pour trouver du rendement, il faudra se tourner vers les unités de compte (UC)», a-t-il ajouté.

Les deux associations d’épargnants ont redoublé d’efforts pour rendre plus attrayantes leurs offres en la matière. «Nous avons été les premiers à lancer en novembre un contrat vie-génération investi exclusivement en unités de compte», a insisté Jean-Paul Jacamon, le président de Gaipare. Gaipare, qui a également mis en place en mars une gestion profilée sur les contrats multi-supports avec son partenaire Allianz, a collecté environ 6 millions d’euros sur ses supports en UC. La collecte globale a augmenté de 3%, à 109 millions d’euros, pour un encours sous gestion de 3,8 milliards.

De son côté, l’Afer a vu la part des UC augmenter de 13% à 18% de sa collecte, qui a atteint 2,2 milliards d’euros (+7%). L’association a réaménagé sa gamme des supports en UC, qu’elle a complétée en juin avec un nouveau support, Afer Oblig Monde Entreprises. L’Afer va par ailleurs lancer en février 2015 deux nouveaux supports, Afer Actions PME et Afer Convertibles. Un fonds eurocroissance, qui combine garantie de capital à terme et prise de risque plus élevée qu'un fonds en euro, sera proposé en juin.

A lire aussi