Boursorama améliore son résultat en 2014

le 08/01/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La filiale de la Société Générale table sur le crédit pour générer de la marge d’intérêt et envisage des opérations de croissance externe.

Le résultat net de Boursorama, qui présentera ses résultats annuels en février, devrait être meilleur qu’anticipé, indique Patrick Sommelet, directeur général adjoint. La banque avait en effet annoncé qu’il serait nul du fait des coûts associés à la cession des actifs de sa filiale anglaise de courtage, Selftrade, à Aquitini. Ce résultat devrait être également meilleur qu’en 2013: Boursorama affichait une perte de 36 millions d’euros suite à des dépréciations en Allemagne et au Royaume-Uni.

«Le chiffre d’affaires va progresser un peu par rapport à 2013 en dépit de la baisse des taux car nous avons un effet volume très important», ajoute Patrick Sommelet. Boursorama Banque a annoncé dépasser les 600.000 clients en France le 10 décembre, un peu en avance sur son objectif 2014. Deux tiers de ses revenus sont désormais réalisés sur la banque, et la proportion devrait encore progresser, et un petit tiers sur le courtage.

Retiré de la cote lors du renforcement de la Société Générale dans son capital en mai, et jugé trop stratégique pour sa banque de détail par sa maison mère pour continuer à publier des résultats détaillés, Boursorama, qui vise 1,5 million de clients en 2020, continuera à communiquer sur les ouvertures de compte. La filiale aura réalisé près de 850 millions d’euros de crédits immobiliers en France en 2014 (30.000 clients et 2,6 milliards d’euros d’encours au 30 septembre). Elle mise sur le crédit pour générer de la marge d’intérêt.

«Nous voulons faire de la croissance organique mais aussi externe. Nous sommes prêts à racheter un réseau de banque en ligne», annonce Patrick Sommelet. La dernière acquisition de Boursorama en France date de 2007 avec le rachat de Caixa Banque. En Espagne, le groupe est présent avec le broker Self Bank, détenu à 49% par CaixaBank, et se lance dans la banque avec un compte sur livret.

Si les banques en ligne pèsent très peu en stocks par rapport à leurs grandes concurrentes à réseau (Boursorama gérait près de 12 milliards d’euros d’actifs en France au 30 septembre et 18,6 milliards en Europe fin 2013), elles progressent plus vite en flux que leurs ainées. «Le modèle de banque en ligne va se développer de façon structurelle», imagine Patrick Sommelet. La Société Générale considère Boursorama comme «son assurance vie» dans le contexte de l’évolution à venir de la banque de détail.

A lire aussi