Santander poursuit la gestion active de ses filiales étrangères

le 30/04/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Alors qu'elle privilégie en général l’ouverture du capital de ses principales filiales, la banque veut acquérir les minoritaires de Santander Brasil

Santander mène une politique active à l’égard de l’actionnariat de ses principales filiales étrangères. L’établissement a lancé une offre d’achat sur les 25% du capital de sa filiale brésilienne qu’il ne détient pas encore. Il va proposer aux actionnaires minoritaires de Santander Brasil un échange sous forme d’actions nouvelles du groupe, à un niveau de parité représentant une prime de 20% par rapport au dernier cours de clôture de la filiale (12,74 reais).

Si l’ensemble des minoritaires souscrivait à l’offre, Santander devrait émettre environ 665 millions d’actions nouvelles pour une valeur de 4,7 milliards d’euros, équivalent à 5,8% de son capital. Ces titres seraient cotés à la Bourse de Sao Paulo. L’opération devrait avoir lieu avant le mois d’octobre. Il reste à savoir si la prime sera jugée suffisante: l’action Santander Brasil a en effet reculé de près de moitié depuis son sommet en octobre 2009.

L’offre doit permettre au groupe de bénéficier davantage de l’activité de sa filiale: il a précisé que l’opération permettra d’accroître ses bénéfices de 7% en 2015 et en 2016, soit 560 millions d’euros. Santander Brasil constitue une partie centrale du dispositif du groupe, quand bien même le premier trimestre 2014 a été plus difficile. Le bénéfice net de la filiale a en effet reculé de 10,4% à 364 millions d’euros. Mais cette contre-performance, liée au ralentissement de l’économie brésilienne, n’entame pas l’optimisme des dirigeants vis-à-vis de ce marché, qui pèse tout de même 20% des bénéfices du groupe au premier trimestre 2014.

Le rachat des minoritaires reste une exception dans la stratégie de Santander, qui a eu tendance à multiplier les introductions en Bourse partielles de ses principales filiales ces dernières années: Santander Consumer USA en janvier et Grupo Financiero Santander Mexico en septembre 2012. Et Javier Marin, le directeur général, a confirmé le projet de cotation des activités britanniques «à moyen terme». Celles-ci représentent désormais un poids équivalent à la filiale brésilienne, soit 20% des profits du groupe au premier trimestre.

Santander a beau être la première banque espagnole, son marché intérieur ne génère d'ailleurs plus qu’une petite partie de ses bénéfices. Au premier trimestre 2014, il lui a procuré 251 millions d’euros de résultat net (+23,6% sur un an), sur un total de 1,3 milliard (+7%) pour le groupe – soit 14% en ne tenant compte que des activités pérennes.

A lire aussi