La Caixa annonce sa transformation en fondation bancaire

le 28/04/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le 22 mai prochain, la caisse d’épargne catalane devrait disparaître et se convertir en fondation bancaire, une première en Espagne

Nous modifions notre structure mais tout restera pareil». C’est en ces termes que Juan Maria Nin, directeur général de Caixabank a annoncé lors de la présentation des résultats trimestriels la transformation de l’ancienne caisse d’épargne catalane en fondation bancaire. Ainsi à partir du 22 mai prochain, après un vote des actionnaires, la caisse d’épargne disparaîtra et sera remplacée par une fondation bancaire qui contrôlera à 100% la holding industrielle Criteria, désormais détentrice de 60,5% de Caixabank.

Dans la structure précédente, La Caixa détenait 100% de la holding et 60,5% de Caixabank. «Avant c’était la caisse d’épargne La Caixa qui possédait les actions de Caixabank, maintenant c’est la fondation bancaire qui en est propriétaire», explique Santiago Simon, professeur d’économie à l’ESADE Business School de Barcelone. Quant à l’œuvre sociale de La Caixa, dotée d’un budget de 500.000 euros, elle se nourrira des dividendes versés à la fondation par les entreprises de la holding (Gas Natural, Agbar, Abertis, Saba, Vithas). C’est également Criteria qui assumera le passif de l’ancienne caisse, soit 7,8 milliards d’euros.

En étant la première caisse d’épargne espagnole à procéder à sa reconversion, La Caixa ouvre la danse: quatre autres caisses d’épargne devront suivre ses pas avant la fin de 2014. «Suite aux conditions imposées par la Troika après le sauvetage du système bancaire espagnol, tout le système des caisses d’épargne devait disparaître. Les caisses d’épargne ont cessé de fonctionner comme des banques semi-publiques pour devenir des banques contrôlées par les marchés», explique Santiago Simon. «Une banque ne doit pas avoir comme objectif l’oeuvre sociale, sinon de prêter de l’argent à ceux qui le remboursent. L’œuvre sociale a ouvert la porte à toutes sortes de problèmes dans la gestion, provoquant un trou énorme», souligne Manuel Romera, directeur financier à l’IE Business School.

Cette nouvelle structure vise aussi à améliorer la gouvernance de ces établissements et empêcher les trafics d’influence politique qui avaient jeté l’opprobre sur les anciennes caisses d’épargne. Le patronage de la fondation sera réduit à 15 personnes au lieu des 160 membres actuels. Reste à savoir si ce montage financier permettra de génerer les dividendes qui seront destinés à l’œuvre sociale et empêchera les abus du passé.

A lire aussi