La Société Générale veut rompre avec Aviva

le 12/12/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque souhaite reprendre 100% de la JV d'assurance entre le Crédit du Nord et Aviva en 2016

La Société Générale veut reprendre 100% de la JV d'assurance entre le Crédit du Nord et Aviva en 2016

Après le divorce annoncé entre BPCE et CNP, la Société Générale envisage aussi de revoir ses relations avec l’un de ses partenaires assureurs. Sa filiale Crédit du Nord pourrait reprendre 100% d’Antarius, sa coentreprise avec Aviva France. «Ce partenariat n’a pas vocation à durer. Il se terminera le 1er octobre 2016. La Société Générale rachètera les 50% d’Aviva dans Antarius et reprendra le stock de contrats du Crédit du Nord», assure une source proche. Aviva évoque «une rumeur qui ne s’appuie sur aucune réalité dont nous aurions connaissance».

L’accord commercial et capitalistique liant le Crédit du Nord et Aviva France arrive à échéance fin 2016, et doit donc être renégocié d’ici là. Le dénouer permettrait à la Société Générale de renforcer Sogecap, son fournisseur maison de contrats vie. «L’assurance vie est la seule réelle niche fiscale qui demeure pour les épargnants, estime cette source. La Société Générale va continuer à la développer, d’autant que la pression sur la liquidité est moins forte aujourd’hui».

Le groupe semble du coup moins enclin à orienter massivement l’épargne de ses clients vers les dépôts et livrets bancaires pour renforcer son bilan. L’assurance vie et dommages, qui pèse moins de 10% du produit net bancaire des réseaux domestiques de la Société Générale, constitue aussi un relais pour la banque de détail, pénalisée par l’absence de croissance économique en France.

«Aviva France est particulièrement satisfait de sa relation avec le Crédit du Nord et de ce partenariat qu’il souhaite poursuivre», répond un porte-parole de la filiale française de l’assureur britannique. Cette dernière avait racheté en 2004 la part de Cardif dans sa coentreprise avec le Crédit du Nord, soit 50% (et quelques actions) d’Antarius. Cette JV a assuré cette année 34% de la collecte d’Aviva France en produits vie, prévoyance et retraite, soit 985 millions d’euros, alors qu'elle représente seulement 13% de ses encours totaux, soit 10 milliards d’euros d'encours. La fin d’Antarius priverait donc Aviva France de son distributeur externe le plus dynamique actuellement.

Elle permettrait en revanche de gonfler les encours de Sogecap, qui atteignaient 80,3 milliards d’euros fin 2012. La Société Générale compte bien récupérer le stock du Crédit du Nord, et pas seulement les affaires nouvelles. Un modèle différent de celui pour lequel a opté BPCE. A partir de 2016, le groupe mutualiste confiera les nouveaux contrats des clients des Caisses d’Epargne à sa filiale Natixis Assurances, mais les 100 milliards d’encours de l’Ecureuil seront toujours gérés par CNP Assurances… dont BPCE reste actionnaire.

Si l’issue des discussions entre la banque de la Défense et Aviva France est incertaine, Antarius était valorisé 314 millions d’euros fin 2012 en valeur d'inventaire, indique le rapport annuel du Crédit du Nord. La compagnie a encaissé 1,49 milliard d’euros de primes l’an dernier, pour un résultat net de 41,7 millions.

En revanche, la Société Générale ne compte pas remettre en question ses liens avec Generali, le fournisseur de contrats vie de Boursorama. La banque en ligne affiche un modèle d’architecture ouverte et Generali offre à ses clients des taux de rendement confortables, sans doute supérieurs à ceux garantis par Sogecap.

A lire aussi