Cofinoga et les Galeries Lafayette scellent un accord commercial

le 26/11/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Ce partenariat représente une étape supplémentaire vers une sortie de l'enseigne de distribution du capital du prêteur spécialisé

L'avenir de Laser Cofinoga s'éclaircit. Selon le quotidien Les Echos, qui cite des sources syndicales, le spécialiste du crédit à la consommation vient de négocier un accord commercial exclusif avec les Galeries Lafayette pour une durée de cinq ans renouvelable. Ce partenariat, dévoilé aux organisations syndicales, fixe les liens qui continueront d'unir le groupe de grands magasins au prêteur spécialisé. Un préalable nécessaire à l'exercice par les Galeries Lafayette de son option de vente de 50% du capital de Laser Cofinoga à BNP Paribas, l'autre membre du pacte d'actionnaires.

Reste désormais à s'accorder sur la valorisation, ce qui ne sera pas une mince affaire. En 2011, la société a essuyé une perte nette de 167 millions d'euros puis de 114 millions l'année suivante. Après la mise en place d'un plan de restructuration prévoyant la suppression de 433 postes, Laser Cofinoga a dégagé un résultat net de 44,4 millions d'euros au titre du premier semestre 2013. En coulisse s'affaire une commission de trois experts désignée l'été dernier par les co-actionnaires : Barclays (pour BNP Paribas), Rothschild (pour les Galeries Lafayette) et Deutsche Bank (en indépendant). Mais sur le devant de la scène, le ton se fait acerbe, alors que les Galeries Lafayette ont fait part de leur intention de vendre il y a plus d'un an.

Invité de Radio Classique, le président du directoire des Galeries Lafayette, Philippe Houzé, a envoyé un message cinglant à BNP Paribas. «Cofinoga, c'est une très belle entreprise (...). On l'a fait croître, elle s'est développée en Europe et la BNP voudrait la voir entrer dans son giron mais ça se passe dans un climat assez déplaisant», a-t-il déclaré.  «L'attente, effectivement depuis plus d'un an, (...) est vraiment déstabilisante pour l'entreprise et ses équipes et, a fortiori, quand des financiers nous expliquent que ce travail accumulé ne vaut pas grand chose», a ajouté Philippe Houzé.

La réponse du camp adverse ne s'est pas fait attendre. Dans un communiqué, la filiale de crédit à la consommation de BNP Paribas dit s'étonner de cette prise de parole médiatique. «BNP Paribas Personal Finance est mobilisée et travaille  de concert avec les Galeries Lafayette à la prédisposition de tous les éléments nécessaires à la fixation rapide du prix de la cession  de la société dans le respect de la confidentialité nécessaire à ce type de négociation qui se déroule de façon normale», estime la société.

A lire aussi