Réunica s'unit à AG2R La Mondiale pour devenir un géant de la prévoyance

le 18/03/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe de prévoyance va fusionner avec le numéro deux de la protection sociale pour augmenter sa taille critique en assurance de personnes

Après la constitution d’Humanis, le secteur des institutions prévoyance continue sa consolidation. Réunica a décidé vendredi de s’unir à AG2R La Mondiale. Le groupe a écarté Malakoff Médéric et Apicil, eux aussi sélectionnés en juin dernier, au début du processus. Ils n’ont recueilli que trois voix chacun contre 14 pour AG2R La Mondiale, lors du conseil de l’association sommitale de Réunica qui regroupe représentants du patronat et des salariés.

Après avoir absorbé Arpège en 2010, Réunica s’allie cette fois-ci à plus grand que lui. Son fiancé, né en 2008 de la fusion entre AGR2 et La Mondiale, ne cesse d’opérer des rapprochements, le dernier étant l’intégration de Prémalliance fin 2012.

«Le nouvel ensemble totalisera 25 milliards d’euros de cotisations annuelles, annonce Jean-Marc Robinet, directeur général de Réunica. D’une part 16 milliards en assurance retraite (8 milliards venus de Réunica et un peu plus de 8 milliards d’AG2R La Mondiale), soit 25% du marché et d’autre part et 9 milliards en assurance de personnes où nous pesions seulement 700 millions. Nous aurons 4 milliards d’euros de fonds propres en assurances de personnes et 10.000 salariés».

Réunica a mené quatre diagnostics sur les systèmes d’information, les perspectives en termes d’assurance de personnes (son point faible), les aspects sociaux et la solidité financière du futur partenaire. «AG2R Mondiale a une pyramide des âges et des implantations géographiques complémentaires des nôtres: il n’y aura pas de suppressions de postes, assure Jean-Marc Robinet. Il nous apportera aussi des services nouveaux comme son réseau de soins». Sur le plan financier, la marge de solvabilité d’AG2R La Mondiale est très inférieure à celle des deux candidats écartés, mais «elle est bien remontée depuis deux ans», relève le dirigeant.

Réunica a enfin l’assurance de préserver ses marques et ses institutions de prévoyance, ce que ne garantissait pas Malakoff Médéric. Le nouvel ensemble sera tout de même rebaptisé et devra arrêter sa gouvernance d’ici à 2015, année effective de la fusion. Celle-ci doit d’abord être entérinée à l’intérieur de chaque groupe.

Après son assemblée générale en juin, Réunica notifiera l’opération à l’Agirc-Arrco (les caisses de retraite du privé) et au Centre technique des institutions de prévoyance. Tous deux devront se prononcer définitivement au troisième trimestre 2014.

A lire aussi