La Macif affiche des ambitions mesurées à horizon trois ans

le 12/12/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe vise un résultat de 130 millions d'euros en 2015, supérieur aux 60 millions dégagés en 2011 mais loin des 213 millions affichés en 2010

La Macif cherche à s'adapter sans perdre son âme. Dans le cadre de son plan stratégique sur les trois prochaines années décliné par son directeur général Jean-Marc Raby, lors d’une présentation qui s’est tenue hier, le groupe mutualiste français vise un chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros pour 2015. Il se montait à 5,67 milliards l’an passé, ce qui représenterait une hausse de 23,5% en trois ans, et une progression annuelle de 7,2%.

Dans un souci de diversification, le groupe revendique plus de 30.000 clients dans les services bancaires qui sont en place depuis environ un an. «Environ 10% des sociétaires disposent d'une assurance santé. Nous visons une proportion d'au moins 12%» ajoute Jean-Marc Raby. Il ajoute en outre que l'assurance vie vise à proposer de l'épargne longue sans pour autant espérer une hausse des encours individuels compte tenu du contexte économique.

De quoi pouvoir espérer un résultat net de 130 millions d'euros, après un résultat 2011 de 60 millions plombé par les pertes de sa filiale Macifilia, recapitalisée à hauteur de 130 millions. Un objectif en outre bien en deçà des 212,8 millions dégagés en 2010. Même si l'international pèse moins de 1% de son chiffre d’affaires, le déficit des activités de la Macif au Portugal devrait être ramené à 3 millions d'euros, après une perte de 18 millions qui a également pesé sur les résultats du groupe en 2011.

Ce plan est néanmoins censé s’inscrire dans la durée avec un ratio combiné ramené sous la barre des 100%, contre 103% aujourd'hui, ainsi qu'un ratio de fonds propres durs de 150%, contre 130% aujourd'hui. Jean-Marc Raby a beau indiquer que «l'augmentation des tarifs ne pourra pas être le seul levier», ils progresseront néanmoins de 2,4% sur l'assurance automobile, de 4,8% pour l'assurance habitation et de 1,9% pour l'assurance santé.

Si l'augmentation tendancielle des effectifs restera la règle, «les frais généraux doivent progresser moins vite que le chiffre d'affaires», l'amélioration des performances de back-office et fonctions supports profitant au renforcement des équipes commerciales.

Le renforcement des alliances stratégiques est également un des piliers du plan. «Il est difficile de faire seul ; et nécessaire d'acquérir une taille critique» indique Jean-Marc Raby qui annonce le lancement d'une plate-forme de services dans le cadre son partenariat avec AG2R.

A lire aussi