Le groupe Crédit Agricole défend son modèle coopératif

le 25/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

A l'occasion de leur congrès fédéral, les caisses régionales se fixent des objectifs communs pour 2015, centrés autour du client

Le groupe Crédit Agricole défend son modèle coopératif. Photo: PHB/Agefi

En réunissant son congrès aujourd’hui à Bruxelles, la Fédération nationale du Crédit Agricole (FNCA), structure de représentation des caisses régionales, entend défendre à l’échelle internationale le statut de banque coopérative malmené par le futur régime prudentiel de Bâle 3.

«Notre modèle n’est pas exclu par Bâle 3, mais l’outil central retenu pour les fonds propres est l’action ordinaire. Les outils des mutualistes (parts sociales, etc.) ont été ajoutés dans une note de bas de page. Les ratios de liquidité favorisent quant à eux le financement de l’économie par le marché. Or pour un établissement de proximité, le deleveraging, c’est la décroissance. Le problème principal est là», rappelle Philippe Brassac, secrétaire général de la FNCA.

Le congrès sera donc l’occasion d’«affirmer le concept de ‘banque universelle de proximité’ et l’ambition d’être en 2020 le leader européen de ce nouveau type de banque», à l’organisation décentralisée et fédérale, indique Philippe Brassac. Une stratégie centrée autour du client, qui correspond à la volonté du groupe de se recentrer sur ses métiers de banque de détail traditionnels.

Au cours du congrès sera lancé le projet «Excellence 2015 de la relation client». Des objectifs ont été fixés pour les quatre «domaines d’excellence», ou relais de croissance, déjà identifiés par le groupe: agriculture et agroalimentaire, santé et vieillissement, énergie et environnement, ainsi que le logement.

Dans ce cadre, les dirigeants de la fédération n’ont communiqué qu’un nombre limité d’objectifs chiffrés, comme ceux de maintenir un million de personnes âgées à domicile ou de consacrer 5 milliards d’euros de prêts dans les énergies renouvelables et l’économie environnementale. En outre, les caisses entendent amplifier la relation multicanale avec leurs clients à travers les multiples outils déjà en place (CA Store, Digiculteurs, relation clients 2.0 avec le nouveau procédé de vente, etc.). Dans le logement, les caisses seront en mesure de proposer la souscription de prêts jusqu’à 300.000 euros entièrement en ligne.

L’achèvement du déploiement du système informatique Nice commun à l’ensemble des caisses régionales, prévu pour la fin de l’année 2013, devrait faciliter la mise en œuvre d’Excellence 2015. Le 10 novembre prochain, sept nouvelles caisses rejoindront la plate-forme.

A lire aussi