Le crédit renouvelable sera plus durement encadré

le 26/09/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

«Je suis convaincu qu’il faut améliorer les choses et renforcer l’encadrement du crédit revolving [renouvelable, ndlr]. Je peux vous dire qu’il ne restera pas en l’état», a confié ce matin Benoît Hamon, ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire et à la Consommation, en marge du séminaire sur la finance responsable. Sont notamment visés la diversité d’interprétation de l’article de la loi Lagarde sur la réforme du crédit à la consommation relatif à l’offre de crédit amortissable pour des montants supérieurs à 1.000 euros, ainsi qu'un éventuel abaissement de ce seuil. Bercy avait réagit une première fois lundi à la publication de l’étude d’impact de la loi Lagarde du Comité consultatif du secteur financier (CCSF): le ministère lui a donné un délai d’un mois pour lui faire part des engagements du secteur. Il atteint en outre l’enquête de la Direction générale de la concurrence (DGCCRF) sur les ambiguïtés de la loi.

A lire aussi