Les réseaux du Crédit Agricole font bonne figure

le 29/08/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les dépréciations pèsent toutefois sur la contribution des caisses régionales. L'italien Cariparma compense la montée du coût du risque

Alors que les réseaux de détail concurrents ont connu un printemps maussade, ceux de la banque verte ont fait preuve d’un certain dynamisme. C’est surtout vrai pour LCL, dont le produit net bancaire (PNB) dépasse le milliard d’euros (+2,2%) et le bénéfice progresse de 2,6% (à 190 millions d’euros). Le coefficient d’exploitation poursuit sa baisse: il atteint désormais 63% (-0,6 point).

La contribution des caisses régionales du Crédit Agricole au résultat net de CASA (qui la consolide à hauteur d’environ 25%) recule de 14% à 173 millions. Il est amputé par la dépréciation de Sacam International, entité qui porte les participations d’Emporiki et de Cariparma pour le compte des caisses.

En revanche, face aux exigences de liquidités et de levier de la future réglementation de Bâle 3, les caisses ont accru la collecte bilancielle: les encours de bilan ont progressé de 6,4% en un an, dont 23% pour les comptes et dépôts à terme. Dans le même temps, les encours de collecte hors bilan (valeurs mobilières, assurance vie, etc) ont reculé de 3,9%. «Le PNB des caisses régionales (hors PEL/CEL) est en hausse satisfaisante de 2,6% tandis que le coût du risque reste bas à 22 points de base» contre 48 pb un an plus tôt, écrit Pierre Chedeville, analyste chez CM-CIC Securities.

Cariparma, le réseau transalpin de CASA, fait face à une hausse importante de ses provisions pour coût du risque (+69% à 89 millions d’euros), qui reflète la dégradation de la conjoncture économique italienne. Mais la banque est parvenue à accroître ses revenus de commissions grâce à l’assurance vie et la banque privée: son PNB progresse de 9%. Le résultat net part du groupe de Cariparma progresse de 6,2%, à 41 millions.

Dans la banque de financement et d’investissement (BFI) CA CIB, les revenus ont reculé de 20% (à 1,1 milliard), malgré le fait «que les opérations de cession des activités de courtage [CLSA, Cheuvreux] n’ont pas d’impact comptable sur ce trimestre», rappelle Pierre Chedeville. Le résultat net des activités pérennes (296 millions) est dopé par la réévaluation de la propre dette du Crédit Agricole (+185 millions). Hors éléments exceptionnels, CA CIB voit son bénéfice reculer de 58% à 135 millions.

Toutefois, la baisse des encours pondérés, principalement dans la BFI, a permis le renforcement de la solidité financière de CASA. Son ratio de fonds propres purs core tier one atteint 9,6% au 30 juin, contre 9,4% au 31 mars.

A lire aussi