Les résultats de Crédit Agricole lestés par les dépréciations

le 28/08/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Une enseigne du Crédit Agricole dans une rue de Troyes. Photo : PHB/Agefi.

Crédit agricole S.A. a publié ce mardi matin un résultat net en baisse de 67,4% au titre du deuxième trimestre, une nouvelle fois plombé par de nouvelles dépréciations comptables et son exposition à la Grèce. Le résultat net part du groupe de CASA ressort à 111 millions d'euros, alors que les analystes interrogés par Reuters attendaient une perte comprise entre 20 et 30 millions. Les revenus marquent une diminution de 14,1% à 4,75 milliards, tandis que les provisions pour risque de crédit s'inscrivent en hausse de 3,5% à 1,16 milliard. Cependant, le cours du titre s’affichait à hausse de 0,23% à 13 heures, alors que le CAC 40 était en recul.

880 millions de charges exceptionnelles

Le véhicule coté du groupe Crédit agricole a été contraint de passer une charge de 370 millions d'euros liée à la Grèce où il cherche à céder sa filiale Emporiki, en perte depuis plusieurs années. Le groupe bancaire a également dû intégrer une dépréciation de titres Intesa Sanpaolo, à hauteur de 427 millions d'euros, et SACAM International, la stucture qui porte les participations de la banque dans Emporiki et Cariparma, pour 67 millions. Au total, les charges exceptionnelles du deuxième trimestre atteignent 880 millions d'euros.

CASA souligne dans un communiqué qu'aucune décision sur Emporiki n'a encore été prise "compte tenu des discussions qui se poursuivent avec la banque de Grèce, le Fonds hellénique de stabilité financière (FHSF) et la Commission européenne sur les modalités et conditions auxquelles serait assujettie l'opération". La banque verte avait indiqué le 9 août avoir reçu des offres de reprise. Selon des sources proches du dossier, les trois premières banques de Grèce sont candidates au rachat d'Emporiki. Le directeur financier, Bernard Delpit, a d’ailleurs confirmé que le Crédit agricole étudiait trois offres de reprise pour Emporiki, sans nommer les candidats. Pour sa part, le directeur général du groupe, Jean-Paul Chifflet, a indiqué que "le délai (avant le choix d’un acquéreur) peut s’exprimer en semaines". Il a ajouté que la banque verte envisageait de détenir une participation égale ou inférieure à 10% au capital d'Emporiki à l'issue des discussions.

Par ailleurs, Crédit agricole reste ouvert à toutes les solutions concernant l'avenir de sa participation au capital de la banque espagnole Bankinter, après être passé récemment sous le seuil de 20% du capital, a ajouté Jean-Paul Chifflet. Le groupe note aussi avoir achevé 76% de son plan d'adaptation, destiné à réduire son endettement de 50 milliards d'euros d'ici à fin 2012.

A lire aussi