Le développement du pôle mutualiste Istya suit son plan de marche

le 16/05/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Une offre commune dans la santé et la prévoyance devrait être lancée au second semestre. La création d’un actuariat central est à l’étude

Créé en mai 2011, le pôle mutualiste Istya «suit son plan de marche», a déclaré Thierry Beaudet, président de la MGEN (Mutuelle générale de l’Education nationale). Istya, qui regroupe la MGEN, la MNT (Mutuelle nationale territoriale), la MGET (Mutuelle générale Environnement et Territoires), la MNH (Mutuelle nationale des Hospitaliers), la MAE (Mutuelle générale des Affaires étrangères) et depuis janvier la MCDéf (Mutuelle civile de la Défense), «a bon espoir de compter une septième mutuelle d’ici début 2013» avec l’arrivée de la MGEFI (Mutuelle générale de l’Economie, des Finances et de l'Industrie), a indiqué Thierry Beaudet, également président du conseil d’administration d’Istya.

«Nous avons bâti une offre commune à la MGEN, la MNT et la MGET dans la santé et la prévoyance, qui pourrait être proposée au cours du second semestre», a indiqué le président, ajoutant réfléchir à un projet dans le domaine de l’assurance collective. Concernant le développement de fonctions communes, «nous avançons sur l’idée d’un actuariat central», a-t-il poursuivi. Par ailleurs, «nous nous préparons à Solvabilité 2 et serons prêts», a estimé le dirigeant. A fin 2011, le taux de marge de solvabilité de la MGEN, en recul de 19 points sur 2011, s’établissait à 490%, hors plus-values latentes.

Alors que les comptes des six mutuelles seront combinés au titre de l’exercice 2012, la MGEN a présenté hier pour la dernière fois ses résultats de manière isolée. Sur la base d’un chiffre d’affaires en hausse de 2,5% à 2 milliards d’euros, le résultat net a reculé de 71,7 à 19 millions d’euros, sous le coup de «la crise et de la hausse des taxes». Face au doublement de la taxe sur les contrats responsables de 3,5 à 7% (effectif en octobre 2011), qui n’a pas été répercutée volontairement, la MGEN a notamment passé une charge de 10,7 millions d’euros. «Notre budget 2012 sera a priori déficitaire de 36 millions d’euros», a estimé Fabrice Henry, trésorier général de la MGEN.

Concernant le rapprochement entre la MGEN et Ofivalmo dans la gestion, annoncé mi-avril, «nous avons procédé à l’échange de participations croisées», a indiqué Thierry Beaudet. L’accent est désormais mis sur la gouvernance, avec le changement des statuts de la filiale de gestion de la MGEN, Egamo, en vue de permettre l’arrivée de représentants d’Ofivalmo. «Les synergies se mettent en place», a indiqué Thierry Beaudet.

A lire aussi