Le gouvernement espagnol écarte l’idée d’une « bad bank »

le 05/01/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le ministre des finances espagnol, Luis de Guindos, estime dans un entretien accordé au Financial Times qu’au lieu de créer une «bad bank» destinée à nettoyer leurs bilans, le gouvernement va demander aux banques et caisses d’épargne du pays de passer quelque 50 milliards de dollars de provisions supplémentaires, soit l’équivalent de 4% du PIB, dans le cadre des nouvelles réformes touchant le secteur financier. Les banques espagnoles ont déjà provisionné 30% des 170 milliards d’euros d’actifs immobiliers de mauvaise qualité. «Dans la grande majorité des cas, elles peuvent les trouver elles-mêmes dans les profits… et cela ne peut être fait en un an mais en plusieurs années». Une décision qui devrait néanmoins rendre difficile pour les grandes comme BBVA et Santander le respect des nouvelles règles de capitaux propres imposées par l’Autorité bancaire européenne, et accélérer les fusions et rachats des «cajas».

A lire aussi