L'Espagne transfère aux banques le coût du sauvetage de la CAM

le 09/12/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le Fonds de garantie des dépôts prend à sa charge le sinistre. Il est alimenté par le secteur privé, qui va voir ses contributions augmenter

Un euro symbolique, c’est ce que paiera Banco Sabadell pour s’être adjugé la caisse d’épargne déficitaire Caja de Ahorros del Mediterráneo (CAM). Mais pour le Fonds de garantie des dépôts bancaires (FDG), la facture s’élèvera à 5,429 milliards d’euros.

Réformé en octobre dernier, le Fonds garantit les comptes à hauteur de 100.000 euros par déposant en cas de faillite d’une entité financière. Selon un communiqué de la Banque d'Espagne, le FDG «reprendra à 100% le capital de Banco CAM via plusieurs augmentations de capital pour une valeur totale de 5,429 milliards d’euros». Cette opération permet donc au Fonds de restructuration bancaire (Frob) de récupérer les 2,8 milliards d’euros injectés dans la caisse le 22 juillet dernier.

Le FDG se portera aussi garant à hauteur de 80% des pertes d'un portefeuille d'actifs sur une période de 10 ans. Selon le quotidien Cinco Días, le portefeuille en question comprend les crédits toxiques du secteur immobilier estimés à plus de 24 milliards d’euros. Sur les neuf premiers mois de cette année, la CAM a perdu 1,73 milliard d’euros et affiche un taux d’encours douteux d’environ 20%. «Aucune entité financière ne voulait l'acquérir», remarque Manuel Romera, directeur du secteur financier de l’IE Business School.

En passant le flambeau au FDG, l'Espagne évite de cette facon que le sauvetage de la caisse puisse avoir un impact sur le déficit public et transfère aux banques la charge d’assurer la restructuration de leur secteur. Vendredi dernier, un Conseil des ministres avait décidé le renforcement du fonds de garantie des dépôts bancaires. Désormais les entités financières, obligées de verser au fonds entre 0,6 et un pour 1.000 des fonds déposés chez elles devront faire un effort supplémentaire. Elena Salgado, la ministre de l’Economie avait annoncé que leur contribution au fonds actuellement fixé à un maximum de 2 pour 1.000 passerait à 3 pour 1.000.

Pour le FGD, c'est une bonne nouvelle car après avoir payé la facture de la CAM, il ne lui restera que 1,344 milliard d’euros alors qu’il était doté de 6,59 milliards. En février, il devrait cependant recevoir plus de 3 milliards d’euros des banques. Manuel Romera espère cependant qu’il n’y aura pas «d’autres entités financières dans le même cas que la CAM». Mais Unnim et Banco de Valencia seront certainement les candidats au prochain sauvetage.

A lire aussi