L’IIF veut contenir les pertes pour les créanciers de la Grèce

le 17/11/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Il faut contenir les pertes nettes de valeur pour les détenteurs d'obligations grecques afin que leur participation privée au sauvetage d'Athènes conserve son aspect volontaire, a souligné hier le directeur de l’Institute of International Finance. «Nous n'avons pas une grande marge de manœuvre, mais nous nous assurerons que cela reste volontaire», a soutenu Charles Dallara.

A lire aussi