Madrid s'apprête à nationaliser trois groupements de caisses d'épargne

le 23/09/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

CaixaCatalunya et Unnim tiennent un conseil aujourd'hui. L'intervention du Fonds de restructuration bancaire est censée rester temporaire

A quelque dix jours de l’échéance donnée aux caisses d'épargne espagnoles pour se recapitaliser afin d’atteindre le minimum de fonds propres légalement exigé, la presse espagnole a annoncé que le Fonds de restructuration du système financier espagnol (Frob) contrôlera une majorité du capital des banques créées fin août par trois caisses d’épargne espagnoles. Il s’agit des deux caisses catalanes CaixaCatalunya et Unnim et de la caisse galicienne Nova Caixa Galicia (NCG). Selon l’agence EFE, la participation de l’Etat dans le capital de ces banques s’élèvera à 80% dans le cas de CaixaCatalunya, 90% dans Unnim et de 85% dans NCG.

Manuel Romera, directeur du secteur financier de l’IE Business School, explique qu'«Unnim a besoin de 580 millions d’euros, Caixa Catalunya de 1,718 milliards d’euros et Nova Caixa Galicia de 2,662 milliards d’euros» pour atteindre les 10% de fonds propres exigés par la nouvelle législation sur la recapitalisation des caisses adoptée en février dernier. A cet effet, les caisses en question ont changé leur structure juridique. «Les caisses d’épargne ne pouvaient pas se coter en Bourse. Leur structure juridique empêchait l’entrée de capitaux externes», poursuit Manuel Romera. Deux entités ont ainsi été créées: une «mauvaise banque» et une «bonne banque», cette dernière pouvant être cotée.

Selon lui, il est encore trop tôt pour savoir «si ces caisses vont être saisies comme ce fut le cas pour la Caja Castilla La Mancha ou la CAM, ou s’il s’agit d’une simple injection liée au manque de financement».  Selon des sources proches du secteur des caisses, cette prise de contrôle est «temporaire» et durera jusqu’à ce que les établissements aient trouvé des investisseurs privés.

«La Banque d’Espagne a préféré faire respecter strictement les délais, sauf pour deux entités qui avaient bien avancé dans leur processus d’entrée en Bourse», explique un expert proche du secteur des caisses. Il ajoute que selon la nouvelle norme, «le Frob a jusqu’à cinq ans pour sortir de leur capital».

Si les conseils d’administration de CaixaCatalunya et Unnim dévoileront aujourd'hui la nature du plan de recapitalisation conclu avec la Banque d’Espagne, reste encore à savoir la valeur des actifs financiers de ces entités. Une information qui sera révélée, selon l’agence EFE, par la Banque d’Espagne le 26 septembre prochain.

A lire aussi