Scor relève ses prévisions pour 2013 grâce à Trans Re

le 08/09/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le réassureur français compte atteindre les 10 milliards d'euros de revenus en 2013, soit une croissance annuelle de 14 %, contre 9 % précédemment

Dans un secteur financier secoué mais fort des perspectives rassurantes sur les capacités du secteur de la réassurance (L’Agefi d’hier), Scor a confirmé hier lors d’une journée investisseurs les prévisions de son plan stratégique pour 2013 («Strong Momentum»). Il a aussi relevé son objectif de revenus.

L’acquisition des activités de réassurance du risque de mortalité de Transamerica Re, filiale du néerlandais Aegon, en avril dernier pour 630 millions d’euros, lui permet de se projeter sans devoir intégrer, pour l’instant au moins, l’effet des turbulences de marché et des incertitudes économiques. «Malgré un environnement actuel incertain et difficile, Scor est en mesure de confirmer l'ensemble des objectifs fixés il y a un an», déclare son PDG Denis Kessler.

Mieux, le réassureur français vise désormais un montant de primes brutes de 10 milliards d’euros en 2013 après l’intégration du portefeuille de Transamerica Re (par rapport à des revenus de 6,7 milliards en 2010). Cela représente un taux de croissance annuel de 14% jusqu’à l’échéance du plan (9% en non-vie et 20% en vie), contre les 9% annoncés en 2010 à sa publication. Autre conséquence de la fusion, l’activité de réassurance en vie devrait représenter au moins 50% des revenus en 2013, contre 45% l’année dernière. Mais contrairement aux apparences, la tendance dans les prochaines années sera un rééquilibrage des activités en faveur de la réassurance IARD, puisqu’en tenant rétrospectivement compte de l’apport de Transamerica Re, le métier vie pèse 56% des revenus de Scor fin 2010.

L’acquisition fera sentir ses effets dès 2011. Scor estime ainsi que ses primes brutes atteindront 8,6 milliards d’euros à la fin de l’année, alors que la première version de Strong Momentum prévoyait 7 milliards. Effet similaire sur les actifs sous gestion, qui devraient désormais passer à 32,2 milliards à l’issue de l’exercice, au lieu de 30,2. D’autres éléments du plan ont été maintenus, comme une rentabilité des fonds propres de 10% au-dessus du taux sans risque et une notation financière de AA (ou équivalent).

Dans un marché haussier, la confirmation des objectifs a eu relativement peu d'impact. Le titre s’est adjugé 2,5% hier à la Bourse de Paris, clôturant à 16 euros.

A lire aussi