Axa se prépare à des négociations serrées avec ses distributeurs

le 11/07/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’assureur entend économiser 400 millions d’euros dans le coût d’acquisition de clients en dommages

Le succès du plan stratégique d’Axa pour 2015 réside en grande partie dans un ambitieux programme de réduction des coûts. Celui-ci, annoncé lors de la journée investisseurs de l’assureur français le 1er juin, représente en effet 1,5 milliard d’euros d’économies. Sur ce total, 1,1 milliard d’euros sera atteint en s’attaquant aux dépenses administratives et de gestion des sinistres: 600 millions d’euros doivent provenir de la performance opérationnelle, 300 millions des achats et 200 millions des technologies d’information, à travers notamment la convergence des plates-formes informatiques.

400 millions d’euros d’économies supplémentaires seront obtenus à travers une distribution plus efficace des contrats en assurance dommages, le but étant de déduire le coût d’acquisition des contrats. En d’autres termes, en dehors d’un renforcement classique de la lutte contre la fraude à l’assurance, Axa va surtout revoir ses contrats avec ses agents et leur demander davantage de productivité. «Il s’agit de la partie la plus ambitieuse de notre programme, a admis Denis Duverne, directeur général adjoint d’Axa, lors du séminaire annuel du groupe avec la presse le mois dernier. Elle implique de négocier avec nos distributeurs. Nous ne sommes pas certains de réussir.» Axa assure cependant que le processus est mené avec succès en Allemagne et en Espagne.

Pour atteindre son objectif, l’assureur compte sur le déploiement d’internet chez ses distributeurs. En plus des deux pays précédemment cités, la France et la Suisse (où Axa est fortement implanté depuis qu’il a acquis Winterthur en 2007) sont concernés par cette mesure. Le groupe entend améliorer l’interface entre l’assurance directe et les distributeurs qui, accrochés à un territoire, sont souvent réticents à intégrer l’outil internet dans la conquête de clients, souvent en raison d’un système de rémunération inadapté. Or, Axa nourrit de grandes ambitions dans l’assurance directe dans les pays d’Europe occidentale et, notamment, en Pologne, mais aussi au Japon et en Corée du Sud.

En outre, les clients seront orientés vers un réseau de réparateurs agréés et Axa va accroître son offre de remplacement de véhicules à domicile. «Ces mesures participeront à réduire le coût des sinistres en améliorant le service à l’assuré», explique Denis Duverne.

A lire aussi