L’Eiopa détaille les modalités des stress tests pour les assureurs

le 24/03/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’autorité européenne de l'assurance a choisi les principes de Solvabilité 2 comme standard. Plus de 200 compagnies seront testées

Après l’Autorité bancaire européenne (EBA) la semaine dernière, c’était hier à l’Autorité européenne de supervision des assureurs, l’Eiopa, de dévoiler les hypothèses qu’elle utilisera pour la nouvelle phase de stress tests du secteur, après ceux menés en mars 2010 par son prédécesseur, le Ceiops.

Les tests se baseront, à l’image de ceux des banques, sur le scénario macroéconomique établi par la Banque centrale européenne. Mais, comme en 2010, la résistance des compagnies d’assurance européennes sera évaluée dans trois scénarios distincts. Dans le scénario de base, elles seront soumises à un stress sévère et dans le scénario adverse, elles subiront une détérioration des marchés encore plus sévère. Enfin, l’Eiopa les teste dans un contexte d’inflation qui pousserait les banques centrales à remonter rapidement leurs taux d’intérêt.

Comme l’autorité bancaire, le nouveau superviseur européen des assureurs a tenu compte des critiques formulées à l’encontre de ses premiers tests. Les règles de Solvabilité 1 qui avaient alors été choisies empêchaient par exemple les comparaisons entre les pays, les standards de valorisation étant différents selon les Etats membres. Cette fois-ci, l’Eiopa a opté pour les futurs principes de Solvabilité 2, même s’ils ne sont pas encore tout à fait fixés. Par conséquent, les tests se baseront sur les principes de la toute récente étude d’impact QIS5. Les assureurs seront évalués sur le MCR, le minimum de capital requis.

Comme les stress bancaires, l’épreuve pour les assureurs prévoit, entre autres, une chute des marchés actions et des marchés immobiliers résidentiels et commerciaux. Une forte hausse des spreads sur la dette souveraine est également prévue. Mais, pour cet exercice qui ne fait pas partie des stress tests centraux, l’Eiopa précise qu'aucun changement n’est prévu dans la valorisation du passif, sauf lorsque la valeur des cash flows dépend directement des rendements financiers, comme dans le cas des garanties financières.

Plus de 200 compagnies d’assurance devraient se soumettre aux tests, l’Eiopa souhaitant couvrir au moins la moitié des assureurs en termes de primes brutes par pays. L’exercice a été lancé hier et les résultats, présentés de façon agrégée, seront connus en juillet prochain.

A lire aussi