Generali donne raison à Vincent Bolloré

le 23/03/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

A son corps défendant, Generali justifie les critiques de Vincent Bolloré sur son manque de transparence. Après la polémique des derniers jours sur les engagements pris avec l’homme d’affaires tchèque Petr Kellner, l’assureur a publié hier son rapport annuel 2010. Comme l’affirmait l’industriel, Generali s’expose à devoir racheter, à partir de juillet 2014, la participation de 49% que Petr Kellner détient dans leur société commune Generali PPF Holding. Un engagement «qui ne remplit pas les conditions techniques comptables pour être reconnu» au bilan de l’assureur, mais qui a été intégré dans ses prévisions financières. La valeur de cet engagement est estimée «pour le moment entre 2,5 et 3 milliards d’euros», précise le groupe. Des éléments absents du rapport annuel 2009. Generali a investi 1,5 milliard d’euros en 2007 dans la société commune, qui pilote sa croissance en Europe centrale. Petr Kellner détient 2% de l'assureur et en est administrateur.

A lire aussi