Le Trésor américain fait ses comptes après un nouveau remboursement d’AIG

le 09/03/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’assureur a versé 6,9 milliards de dollars issus de la cession d’Alico. L’Etat a désormais récupéré 70% des sommes versées dans le cadre du Tarp

L’Etat américain espère se sortir de la crise à bon compte. Le Département du Trésor a ainsi annoncé qu'il avait désormais récupéré 70% des 411 milliards de dollars versés aux entreprises américaines dans le cadre du plan Tarp mis en place en 2008, suite au remboursement de 6,9 milliards de dollars (soit environ 5 milliards d'euros) effectué hier par AIG.

L'assureur américain a en effet profité d’une partie du fruit de la cession de sa filiale Alico à son concurrent MetLife réalisée la semaine dernière pour faire un nouveau pas vers sa reprise d’indépendance. «Le paiement d'AIG au Trésor est intervenu après la clôture de la vente des actions de MetLife» que détenait l'assureur, précise un communiqué. Si AIG avait tiré 9,6 milliards de dollars de l’opération de cession de sa filiale, «des accords existants avec MetLife» ont nécessité que 3 milliards de dollars soient placés sur un compte gelé. En outre, aux 6,6 milliards disponibles s’ajoutent environ 300 millions de dollars qui avaient été préalablement mis en réserve pour des coûts et dépenses d'Alico.

Ce versement est le quatrième depuis le début de l'année, et porte le total des fonds remboursés au Trésor en 2011 à 36 milliards de dollars sur les 125 milliards reçus. Le Trésor détient encore 11,3 milliards de titres préférentiels dans AIG, et 92% des actions ordinaires de l'assureur. Environ 59 milliards de dollars restent encore investis par l’Etat dans AIG, auxquels s’ajoutent 39 milliards détenus par la Réserve fédérale qui avait également participé au sauvetage de l’assureur.

«Sur la base des cours actuels de marché, le Trésor estime que les contribuables devraient à terme récupérer chaque dollar que le gouvernement américain a investi dans AIG» indique le communiqué, alors que l’Etat avait initialement tablé sur une perte de 14 milliards dans cette opération. Pour que les contribuables ne perdent pas un dollar, il faut que le Trésor vende les 1,7 milliard d’actions ordinaires qu’il détient dans AIG au cours moyen de 28,72 dollars par action. Le cours était aujourd’hui de 37,31 dollars, soit une plus-value théorique de 14,22 milliards. Néanmoins, la vente d’une telle quantité d’actions ne peut se faire que de manière progressive si l’Etat ne veut voir le cours s’effondrer. Le gouvernement serait ainsi en négociations avec des fonds souverains pour céder ses parts dans AIG.

A lire aussi