Visa Europe profite d’un rebond surprise des dépenses par carte

le 19/01/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le chiffre d'affaires avant remise du réseau de cartes bancaires progresse de 24 % à 879 millions d'euros

Malgré les suites de la crise financière, Visa Europe a enregistré en 2010 un bond de 16% des dépenses aux points de vente par les porteurs de son système de paiement. Elles ont atteint un montant record de plus de 1.000 milliards d’euros, dont 203 milliards en France. «C’est une surprise, a indiqué Philippe Menier, son directeur général adjoint. A la mi-2009, nous nous attendions pour 2010 à une croissance de seulement quelques points de pourcentage.»

En conséquence, les comptes 2010 de la société affichent une belle santé. Le chiffre d’affaires a progressé de 24%, à 879 millions d’euros. Une croissance qui a permis à Visa Europe de reverser aux banques membres du réseau – qui payent des cotisations – 158 millions d’euros. Après cette remise exceptionnelle, le revenu publié progresse de 1,7% à 721 millions. Ces reversements se justifient par le fait que Visa Europe est sous statut d’association. Toutefois, le réseau de cartes bancaires est contraint de conserver une partie de ses bénéfices en cas de défaut d’une banque.

Son résultat avant impôt a fait un bond de 40% en 2010, à 76 millions d’euros. Son capital et ses réserves progressent de 14%, à 574 millions.

Visa Europe maintient ses priorités pour 2015, à savoir atteindre 2.000 milliards d’euros de dépenses des porteurs (soit un euro sur cinq réglé avec une Visa, contre un sur huit en 2010), à travers 19 milliards de transactions (soit un quasi doublement). Le réseau compte également émettre 90 millions de cartes V Pay, la nouvelle carte sans bande magnétique.

Le développement des paiements sans contact (destiné aux petits montants) et mobile constitue l’autre priorité de Visa Europe. Le Royaume-Uni, la Turquie, la Pologne et, dans une moindre mesure la France et l’Italie, sont les plus avancés: des expérimentations sont en cours pour le paiement sur téléphone portable et le «sans contact» y est déjà opérationnel. En France, l’expérience a débuté à Nice, où 150.000 cartes ont été éditées et 1.500 terminaux étaient en place chez les commerçants à fin décembre 2010. «Une liste de neuf autres villes pilotes sera publiée dans les semaines qui viennent», indique Gérard Nébouy, responsable de Visa Europe France, qui a intégré courant 2010 le groupement Carte Bleue. Le marché français des transactions inférieures à 20 euros est estimé à 19 milliards de transactions, pour 127 milliards d’euros de dépenses.

A lire aussi