Le numéro deux de Santander en délicate posture

le 17/01/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Selon El Mundo, la Cour de cassation de Madrid a confirmé en décembre dernier une première condamnation contre le conseiller délégué de Banco Santander, Alfredo Saenz. Celui-ci avait présenté en 1994 une fausse accusation d'escroquerie contre des clients du Banesto. Le bras droit d'Emilio Botin, artisan de la croissance de Santander ces dernières années, serait condamné, selon El Mundo, à huit mois de prison et à l'interdiction d'exercer dans une banque. Santander ne faisait pas de commentaires lundi matin.

A lire aussi