Santander renforce son activité de crédit hypothécaire au Mexique

le 27/12/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque espagnole rachète notamment à GE Capital un portefeuille de créances immobilières d'une valeur de deux milliards de dollars

Il n'y a pas que les fonds d'investissement, à l'image d'Apollo Management, qui reprennent des portefeuilles de prêts immobiliers. La banque espagnole Santander vient d'en donner la preuve. Elle a dévoilé vendredi le rachat des activités de crédit hypothécaire de GE Capital au Mexique, incluant un bloc de créances d'une valeur de 24 milliards de pesos (2 milliards de dollars). L'établissement dirigé par Emilio Botin a prévu de verser 2 milliards de pesos, soit environ 162 millions de dollars, afin de se hisser au deuxième rang des prêteurs immobiliers dans le pays, selon un document réglementaire transmis à la Bourse de Mexico. La transaction, soumise à l'aval des autorités de régulation, devrait être finalisée au premier semestre de 2011.

A la fin octobre, la banque madrilène affichait 34 milliards de pesos de prêts au compteur, ce qui plaçait l'établissement en cinquième position, derrière BBVA Bancomer, Grupo Financiero Banorte, Banamex (filiale de Citigroup) et Bank of Nova Scotia. Le groupe espagnol poursuit ainsi son expansion au Mexique, la deuxième économie d'Amérique latine, six mois après avoir conclu auprès de Bank of America le rachat pour 2,5 milliards de dollars du solde de Santander Mexico, sa filiale locale.

Pour GE Capital, c'est le moment de réduire la voilure dans ce segment. La division financière de General Electric, qui a débuté au Mexique la commercialisation de prêts aux particuliers en 2002, avait placé de grands espoirs dans ce marché. Mais le «rêve immobilier mexicain» vanté par GE auprès des retraités ou des vacanciers américains a été sérieusement écorné par la crise. Le conglomérat a mordu la poussière, cédant à perte sa filiale de crédit hypothécaire subprime WMC Mortgage.

«Cette vente est cohérente avec notre stratégie qui consiste à sortir d'activités non stratégiques qui souffrent d'un manque d'échelle pour contribuer à la réduction du bilan de GE Capital tout en investissant dans des plates-formes industrielles et commerciales centrales, notamment au Mexique», a estimé Mark Begor, en charge des activités de restructuration de GE Capital. La société indique notamment rester un acteur important dans le financement de l'immobilier commercial, de l'équipement, de l'aviation ou encore du transport.

A lire aussi