BANQUE PRIVÉE - MIF 2, un mal pour un bien

le 27/02/2020 L'AGEFI Hebdo

Les coûteuses exigences réglementaires sont contrebalancées par des offres plus rémunératrices.

BANQUE PRIVÉE  - MIF 2, un mal pour un bien
Le siège parisien d’Edmond de Rothschild, qui entend tirer parti de MIF 2.
(François du Chatenet)
Visant une meilleure protection des clients de la banque privée, la seconde mouture de la directive européenne sur les Marchés d’instruments financiers, MIF 2 pour les intimes, a franchi avec fracas, le 3 janvier 2018, les portes de cet univers feutré. Une réglementation parmi d’autres mais...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés

A lire aussi