La lourde facture du risque opérationnel

le 23/02/2017 L'AGEFI Hebdo

Dans la méthode de calcul des fonds propres façon « Bâle 4 », les banques françaises seraient pénalisées.

La lourde facture du risque opérationnel
Du fait de sa taille, BNP Paribas devrait être bien plus alourdie en fonds propres.
(crédit : Pierre Chiquelin)
Tout a commencé avec Bâle 2. Tout pourrait être à recommencer avec Bâle 4. « On parle de Bâle 4 parce que l’on a le sentiment que certains chantiers sur les risques pondérés – les risques de crédit et opérationnel – constituent non pas une continuité de Bâle 3, mais une autre réforme », explique...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Hebdo

Sur le même sujet

Ailleurs sur le web

A lire aussi