Une phase décisive

le 25/03/2010 L'AGEFI Hebdo

Les gérants de fortune allemands, que ce soit VMZ à Cologne, MM Warburg à Hambourg ou Merck Finck à Munich, se frottent les mains. Depuis l’annonce du rachat de Sal.Oppenheim par Deutsche Bank à l’automne dernier, le nombre de leurs clients a fait un bond inespéré. Rien que VMZ affirme avoir gagné quelque 40 clients nouveaux disposant d’un portefeuille de 128 millions d’euros. Et à en croire les gérants, la phase décisive de l’avenir de Sal.Oppenheim ne fait que commencer parce que les grosses fortunes ne changent pas de banquier comme d’autres de chemise. Chez Sal.Oppenheim, on admet une décollecte d’un milliard d’euros au cours de l’année dernière. Le plus important, estime un analyste, est désormais de retenir les conseillers, les précieux intermédiaires entre la banque et ses clients.

A lire aussi