Lehman, un bon exemple de l’exploitation des failles

le 25/03/2010 L'AGEFI Hebdo

« C’est à mes yeux un rappel cinglant de la nécessité de cette réforme et de la nécessité de la mener de façon coordonnée entre l’Europe et les Etats-Unis », déclarait Gary Gensler, président de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), à L’Agefi au lendemain de la publication du rapport Valuka sur le démantèlement de Lehman Brothers. Ce rapport de 2.200 pages montre comment la banque américaine a su exploiter à son avantage les arbitrages transfrontaliers, en l’occurrence la fragmentation dans les régulations et les régimes comptables entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Le dispositif du « repo 105 » largement utilisé par Lehman avait pour objet de diminuer la taille du bilan de manière à augmenter le ratio de levier (leverage ratio). « Le mécanisme consiste dans un premier temps à mettre en pension des titres figurant au bilan, explique un banquier. Cette opération étant comptabilisée comme une vente, les titres sortent ainsi du bilan. Le cash reçu sert dans un second temps à rembourser des dettes, ce qui diminue aussi sa taille. » Selon des professionnels, l’instauration d’un effet de levier risque d’encourager encore davantage de telles pratiques. Cette situation vient surtout rappeler l’urgence de colmater les failles béantes dans le vaste chantier de la régulation financière, grâce à la convergence des régimes comptables US Gaap et IFRS et des régulations bancaires des deux côtés de l’Atlantique.

A lire aussi