Syz Asset Management continue de tisser patiemment sa toile

le 13/11/2014 L'AGEFI Hebdo

L’élargissement de l’offre de gestion d’actifs en Europe passera par la France. Avec une adaptation des structures juridiques.

Syz Asset Management continue de tisser patiemment sa toile
Xavier Guillon, membre du comité exécutif de Syz Asset Management.
(Miguel Bueno)

Né en 1996, Syz & Co marche solidement sur ses deux jambes : la banque privée (en Suisse, Italie et Espagne) et la gestion d’actifs (mandats et fonds). Fort de 450 collaborateurs (100 sont dédiés à la gestion d’actifs, dont 40 au développement), le groupe suisse de gestion de fortune totalise à fin juin 35,1 milliards de francs suisses (29,1 milliards d’euros) d’actifs, en progression de 22 % au premier semestre 2014. Membre du comité exécutif de Syz Asset Management, Xavier Guillon espère « terminer l’année 2014 avec un encours de 15 milliards d’euros » côté gestion d’actifs, contre 13,3 milliards fin 2013.

Nommé en 2010, le dirigeant s’est attelé à renforcer l’internationalisation. Les avoirs sous sa responsabilité sont aujourd’hui localisés à près de 40 % en Suisse et à 55 % dans le reste de l’Europe. Les 26 fonds Ucits de la Sicav luxembourgeoise Oyster, distribués dans 13 pays, ont dans ce cadre « constitué une excellente vitrine », alors que les mandats ne peuvent être aujourd’hui proposés qu’en Suisse et à Londres. La poursuite du développement européen passe dès lors par une « adaptation des structures juridiques » devant permettre de présenter ces mandats depuis le Royaume-Uni, qui, contrairement à la Suisse, fait bien partie de l’Union européenne. Au gré de l’approbation des régulateurs, « nous espérons être opérationnels concernant cet élargissement de l’offre au second semestre 2015 ou au suivant ». Pour l’heure, Syz Asset Management s’apprête à ouvrir un bureau à Edimbourg, avant de poser ses valises en Suède. Pour la gestion d’actifs, l’approche reste davantage opportuniste hors du Vieux Continent et d’Asie (depuis Hong Kong), en l’occurrence au Moyen-Orient (Dubaï) et en Amérique latine (Chili).

Approche multi-boutiques

En France, où Syz Asset Management dispose depuis 2011 de deux commerciaux, le seuil symbolique du milliard d’euros d’actifs est tout proche, selon Xavier Guillon, à la faveur d’une collecte nette de 200  millions cette année : « Nos cibles en France sont aujourd’hui les banques et les fonds de fonds, ainsi que les institutionnels en quête de fonds. » Le dirigeant note une « tendance prometteuse » de la part de ces investisseurs institutionnels à s’intéresser aux fonds dans le cadre d’une gestion « cœur-satellite ». Cette dernière passe en effet, après la constitution d’un socle d’investissements par le biais de mandats importants, par un intérêt pour des stratégies réputées plus audacieuses et potentiellement plus rémunératrices. Xavier Guillon assure que Syz Asset Management est bien placé dans cette recherche de solutions complémentaires grâce à « une gestion active fortement ancrée sur les convictions de ses gérants et génératrice d’alpha ». Une volonté de réponse aux besoins du marché qui est toujours passée par la sélection de gestionnaires externes amenés à proposer sur certaines stratégies leurs talents par le biais de fonds estampillés Syz Asset Management. En juin 2014 par exemple, le groupe suisse a lancé le fonds Oyster Flexible Credit, un nouveau compartiment de sa Sicav luxembourgeoise Oyster géré par le français Eiffel Investment Group. Le fonds vise une performance annualisée à moyen terme de 8 % grâce à une sélection flexible d’obligations d’entreprises européennes et une prise de risque maîtrisée. Xavier Guillon met en avant un partenariat mutuellement enrichissant avec Eiffel, « qui nous offre ses compétences en termes de gestion de crédit, tandis qu’il peut capitaliser sur notre expérience du format Ucits et nos capacités de distribution ». Ce cas Eiffel illustre l’approche « multi-boutiques » développée par Syz Asset Management, chaque équipe de gestion, qu’elle soit interne ou en délégation, étant, comme l’indique Xavier Guillon, « indépendante et propriétaire de son style de gestion », composant au niveau du groupe une offre de gestion active « concentrée sur une philosophie d’investissement axée sur la performance mais diversifiée sur les types de clientèle ».

Le financement du développement commercial bénéficie aujourd’hui de la structure très solide d’un groupe dédié à la gestion d’actifs pour compte de tiers, qui affiche à fin 2013 un ratio de solvabilité core equity Tier 1 de 31,5 % (avec 402,4 millions de francs de fonds propres de base pour des actifs pondérés du risque de 1,3 milliard). Quant à la nouvelle organisation instaurée à la suite du départ annoncé en mars dernier de deux des trois cofondateurs (tirant parti, comme l’a souligné Syz & Co, de « l’une des fenêtres de sortie prévues de longue date »), Xavier Guillon assure que « la transition se passe bien puisqu’elle a été préparée de longue date avec la mise en place d’un comité exécutif de six membres présidé par Eric Syz et d’un comité par ligne métiers, Wealth Management et Asset Management ». Eric Syz a pris seul la fonction de directeur général avec désormais plus de 92 % des droits de vote de la holding.

31,5 %, c’est le niveau solide du ratio core equity Tier 1 de Syz & Co à fin 2013.

A lire aussi