Le sort de GE Capital France en suspens

le 16/04/2015 L'AGEFI Hebdo

Affacturage. Banque de détail, crédit à la consommation, prêts aux entreprises… General Electric avait annoncé en 2009 vouloir réduire à 30 % ses activités financières. Le conglomérat américain vient d’accélérer le processus pour y parvenir à l’échéance qu’il s’était fixée. Il a vendu la quasi-totalité de son portefeuille d’actifs immobiliers à Blackstone Group et Wells Fargo & Co pour 26,5 milliards de dollars (25 milliards d’euros), ce qui constitue la plus importante opération du secteur depuis 2007. La cession de 4 milliards de dollars supplémentaires d’actifs d’immobilier commercial et celle de la majeure partie des activités de sa filiale GE Capital sont également en cours, dans le monde entier. En France, les activités financières de GE s’articulent entre crédit à la consommation, immobilier ainsi qu’un ensemble représentant 60 % de son résultat d’exploitation fin 2013 avec plus de 100.000 entreprises clientes et environ 1.100 collaborateurs : crédit-bail, location longue durée et surtout affacturage. Une cession rebattrait les cartes sur ce dernier segment de marché : malgré son recul depuis 2010, GE Factofrance en est le numéro 3, derrière le numéro un Eurofactor (Crédit Agricole) et BNP Paribas Factoring. De son côté, GE Capital Real Estate France gère son portefeuille d’actifs en extinction depuis 2009. Quant à l’entité GE Money Bank, après des suppressions d’emplois par plans successifs de 2011 à 2014 et la fermeture d’agences, elle œuvre surtout en crédit auto et consolidation de prêts. Tandis qu’une cession par appartements de GE Capital en France est à envisager, les salariés des trois pôles s’interrogent sur le maintien du projet de les regrouper sur le campus Citylights à Boulogne fin 2015…

Jeff Immelt, PDG du groupe General Electric.
ZOOM
Jeff Immelt, PDG du groupe General Electric.
(Bloomberg)

A lire aussi