Le nouvel horizon de Lowendalmasaï et Alma Consulting Group

le 12/03/2015 L'AGEFI Hebdo

Leur union actée le 5 mars, la fusion sera effective en 2016. Une nouvelle étape dans la consolidation du secteur du conseil en amélioration de la performance.

Le nouvel horizon de Lowendalmasaï et Alma Consulting Group
Pierre Lasry, président-fondateur de Lowendalmasaï.
(DR)

A deux, on est plus fort. Alma Consulting Group (Alma CG) et Lowendalmasaï viennent ainsi de sceller leurs destins. Le numéro un du conseil en amélioration de la performance a racheté le numéro trois du secteur au terme d’une opération qualifiée d’amicale. « Les deux entreprises se portent bien, le secteur aussi, souligne Pierre Lasry, président-fondateur de Lowendalmasaï. Lowendalmasaï a réalisé 4 millions d’euros de résultat avant impôts en 2014, pour 37 millions de chiffre d’affaires. Cette alliance industrielle avec Alma Consulting Group nous donnera davantage de moyens pour innover et répondre aux besoins de nos clients : plus de 2.000 entreprises aujourd’hui. » Ce mariage est le préalable à la naissance, annoncée fin 2015-début 2016, d’un cabinet de 200 millions de chiffre d’affaires cumulé dans quinze pays : un leader européen.

« Ce n’est pas une opération défensive, insiste Pierre Lasry. Nous avons eu le choix, avec de nombreuses propositions, y compris de grands noms du conseil pour compléter leur gamme. » De son côté, Alma CG avait reçu l’an dernier une offre de rachat de Leyton, numéro deux du secteur (60 millions de chiffre d’affaires en 2014). Il faut dire que la crise a rendu la vie difficile à ces spécialistes du conseil en management détenus par des fonds d’investissement. Ainsi, le groupe fondé en 1992 par Pierre Lasry (qui a racheté en 2006 son concurrent Masaï), sous LBO (leveraged buy-out) depuis 2001, a dû trouver une porte de sortie à Axa Private Equity, qui avait succédé à Astorg en 2004, et renégocier sa dette auprès du pool des six banques historiques du montage précédent. S’il y est parvenu à l’été 2013, une vingtaine de ses managers ayant été associés au capital avec l’appui de BNP Paribas Développement (management buy-out), Alma Consulting Group, dont le fondateur Marc Eisenberg a été débarqué fin 2011, connaissait encore des difficultés. Vincent Taupin, resté deux ans à la tête de la société reprise en LBO par Candover en 2007, puis Hervé Amar, directeur général à partir de 2008 et désormais président, ont multiplié les cessions d’entités, décidé d’une procédure de sauvegarde accélérée (parmi les premières réalisées en France), renégocié la dette et réalisé fin 2014 un nouveau tour de table avec un pool d’investisseurs mené par Babson Capital pour 77,5 % et le management.

Valeur ajoutée

Ainsi remis sur pieds, avec une vision commune de la stratégie à mener reposant à la fois sur un conseil à valeur ajoutée et un développement international, les deux groupes vont parvenir à une fusion très prometteuse. « Nos activités sont complémentaires, explique Pierre Lasry. Sur le plan géographique, outre la France, l’Espagne et l’Angleterre, où les deux groupes sont installés, Lowendalmasaï apporte ses implantations : en Italie et Allemagne, au Japon et en Chine ; Alma les siennes : au Canada, en Belgique, en Hongrie, en Pologne, et en République Tchèque. Sur le plan de l’offre, notre rapprochement renforce le positionnement haut de gamme d’Alma Consulting Group et élargit la palette de ses offres avec l’optimisation des achats stratégiques, du BFR (besoin en fonds de roulement, NDLR), des coûts immobiliers, etc. »

Dans un premier temps, Lowendalmasaï et Alma CG coexistent avec leurs comités de direction de part et d’autre. Toutefois, « dans une entreprise, il n’y a qu’un patron. Ce sera Hervé Amar, indique Pierre Lasry. Je l’accompagnerai au moins jusqu’à la fin 2015. » Le président d’Alma Consulting Group n’a pas souhaité répondre à L’Agefi Hebdo, faisant savoir qu’il était trop tôt pour évoquer la stratégie poursuivie par le nouvel ensemble. « Nous voulons bénéficier du meilleur de chacun, avait-il confié à L’Agefi Quotidien du 12 janvier, lors de l’annonce du rapprochement. Le management de Lowendalmasaï (qui détient 51 % du capital, NDLR) sera amené à être associé à la part de 23 % réservée au management d’Alma dans le cadre de la restructuration financière. » Sur le plan opérationnel, l’organisation des équipes n’est pas encore établie. Les ateliers de travail visant au rapprochement des activités débutent. Depuis janvier 2014, Alma Consulting Group est organisé en cinq business units internationales : Innovation & Taxes, Performances RH, Grant Solutions (aides & subventions), Achats et Droits d’auteur. Doté de 1.300 salariés dont 750 en France, revendiquant plus de 16.500 clients, son objectif serait de dépasser les 200 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017.

A lire aussi