Rencontre avec... Cyril Marie, responsable de la stratégie et du corporate développement chez Natixis Global AM

« Nous avons des ambitions de croissance externe »

le 13/11/2014 L'AGEFI Hebdo

« Nous avons des ambitions de croissance externe »
Cyril Marie, responsable de la stratégie et du corporate développement chez Natixis Global AM
(DR)

La gestion d’actifs est un axe stratégique du plan de Natixis 2017. Où en est-elle au 30 septembre 2014 ?

Sur les neuf premiers mois de l’année, le produit net bancaire (PNB) a crû de 16 % et la collecte atteint 24 milliards d’euros sur la période. Nous sommes donc en avance sur le rythme que nous nous sommes fixé. Les deux grands objectifs sont une collecte cumulée de 75 milliards d’euros entre 2014 et 2017 et une croissance annuelle du PNB de 8 %. L’objectif est également d’améliorer la rentabilité, avec un coefficient d’exploitation inférieur à 73 % et un retour sur capital investi supérieur à 14 %.

Tout en croissance organique...

Nous avons aussi des ambitions de croissance externe. Natixis a annoncé son intention de réallouer son allocation de fonds propres vers les métiers de gestion d’actifs (potentiellement 1,5 milliard), mais nous conservons des critères stricts d’investissement. Un premier investissement a été fait au Canada avec la plate-forme de distribution NexGen Financial que nous allons développer et qui va nous permettre d’attaquer un nouveau grand marché.

Quelles autres zones vous intéressent ?

Nous allons continuer à investir et nous renforcer aux Etats-Unis, où nous avons déjà une forte présence, mais c’est un très grand marché en croissance et les expertises en dollars s’exportent très bien. Nous avons une stratégie de développement organique en Amérique latine avec l’ouverture d’un bureau au Mexique, et deux qui vont ouvrir début 2015 en Colombie et en Uruguay. Nous devons nous développer davantage en Europe continentale sur le segment retail, comme nous le faisons en Grande-Bretagne depuis un an. Enfin, nous voulons accroître notre distribution en Asie, où nous disposons déjà de positions importantes au Japon et en Chine, notamment en développant l’Australie.

Sur le même sujet

A lire aussi