Deux banques testent de nouvelles formules de « hackathons »

le 02/07/2015 L'AGEFI Hebdo

Pour mieux intégrer l’innovation, Crédit Agricole et BNP Paribas lancent des concours plus longs et plus ouverts. Les collaborateurs y sont davantage investis.

Deux banques testent de nouvelles formules de « hackathons »
BNP Paribas organise un hackathon international. Les 5 projets gagnants seront incubés et accélérés par la banque.

Repenser la mobilité connectée », « Réenchanter l’expérience client »… Si les banques se montrent de plus en plus audacieuses dans la formulation des thèmes de leurs « hackathons », elles innovent aussi dans l’organisation. Le Crédit Agricole a ainsi mis sur pied la Mobile Banking Factory 2, de mars à mai 2015, avec pour partenaires Orange, PSA Peugeot Citroën, l’éditeur de logiciels Salesforce, le concepteur d’un boîtier pour voiture connectée Xee, ainsi que plusieurs start-up, Uber, Zenpark ou Deezer…

Pour les organisateurs, l’intérêt d’une telle formule est de se plonger dans la co-construction, de faire connaître sa plate-forme aux développeurs et de créer des services. Après une présentation des interfaces de programmation (API) mises à disposition par chacun d’eux, les 375 participants ont travaillé avec le soutien des ingénieurs d’Orange, Peugeot, Crédit Agricole… Plusieurs mini-hackathons spécialisés se sont tenus, durant lesquels les équipes des partenaires ont aidé les porteurs de projets à bien utiliser les ressources proposées. « L’objectif de cet incubateur éphémère était de développer des applications fonctionnelles téléchargeables par les clients du Crédit Agricole sur un ‘store’, souligne Mustapha Chérifi, responsable marketing et business development du Crédit Agricole Store. C’était la condition pour pouvoir concourir. Parmi les équipes finalistes, les gagnants se sont partagés 50.000 euros de dotation. » Cinquante-six équipes se sont formées et finalement, 15 applications ont été postées dans le CAstore. Le Grand Prix (et 3e prix Orange) a été attribué à Pack’n Drive, service mettant en relation des particuliers pour transporter des colis, utilisant la technologie Orange de géolocalisation. Le 2e prix (et Grand Prix PSA) est allé à Bill IT qui permet d’automatiser la remontée des notes de frais liées à un véhicule professionnel. Les données sont injectées directement dans le système d’information de l’employeur. Le 3e prix (et prix Salesforce) a été remis à J’AAccélère, qui analyse la conduite des jeunes conducteurs et leur propose des conseils personnalisés. Ils peuvent aussi cumuler des points transformables en épargne ou en réduction sur le tarif de leur assurance. Si ces services n’ont pas forcément de lien évident avec la banque ou l’assurance, des passerelles sont possibles.

Pour l’heure, les applications récompensées sont en cours d’audit de sécurité et seront rapidement disponibles dans le CAstore. « Les développeurs ont utilisé conjointement et de manière sécurisée les données clients de nos partenaires. La principale difficulté consistait à harmoniser des formats de données différents, conclut Mustapha Chérifi. C’est une expérience à renouveler sur d’autres thématiques dès cette année. » D’ailleurs, pour Guillaume Roques, directeur des relations avec les développeurs de Salesforce, « le hackathon permet une capillarité des idées entre industries. On peut sélectionner les bonnes idées là où elles se trouvent et aider les développeurs à comprendre et à adapter au mieux nos technologies. » Le tout en un temps record de deux à trois mois.

Emulation

Autre formule, celle de BNP Paribas qui a mené un hackathon international dans cinq villes, Paris, Bruxelles, Istanbul, Rome et San Francisco, sur le thème « Enchanter l’expérience client ». Après un week-end lors duquel des équipes se sont constituées et ont commencé à travailler, les treize projets sélectionnés ont pu accéder à la deuxième phase, le Digital Bootcamp qui s’étalera jusqu’en septembre. Pendant deux à trois mois, ils seront suivis par des mentors de BNP Paribas jusqu’au DemoDay international organisé en novembre devant des experts de l’innovation et des investisseurs qui choisiront les cinq équipes gagnantes. Ces dernières seront alors « incubées » dans l’un des cinq pays et bénéficieront d’un programme d’accélération et d’un soutien financier. A Paris, étaient présentes des équipes de la banque de détail, de Cetelem et de Cardif. Treize équipes ont participé au hackathon de lancement et sept ont été retenues pour la deuxième phase. « Ce sont des projets axés sur la personnalisation de la relation et du service, sur le stockage et la sécurité des données bancaires, note Ariel Steinmann, directrice marketing banque en ligne de BNP Paribas France et de Hello bank. C’est d’ores et déjà un grand succès car une vraie émulation s’est créée entre les start-up et nos collaborateurs, y compris celles qui n’ont pas été retenues. Des contacts se sont noués. » Preuve en est qu’il s’agit bien de capter les idées nouvelles et de les diffuser en interne, dans ces grandes organisations que sont les banques.

Société Générale a choisi d’être partenaire en résidence du Player, un lieu d’innovation où se côtoient toutes sortes d’acteurs.

A lire aussi