L’avis de… Marie-Christine Jolys, associée KPMG, responsable du département Réglementaire Banque

« La cybercriminalité est une préoccupation majeure »

le 02/07/2015 L'AGEFI Hebdo

« La cybercriminalité est une préoccupation majeure »

Quels sont les enjeux de sécurité liés au numérique ?

Réduire les risques de fraude et de cybercriminalité est une préoccupation majeure des banques. Eviter les pannes également, car elles auraient un effet négatif sur leur réputation. Le déploiement du numérique met à l’épreuve les infrastructures technologiques et plates-formes opérationnelles. D’ailleurs, le dispositif de sécurité et de maîtrise des risques informatiques est souvent présenté comme étant encadré par des « Orientations stratégiques sécurité » validées par l’ensemble des métiers et la direction générale. Les banques annoncent aussi des mises à niveau régulières en fonction des évolutions technologiques, de l’apparition des nouvelles menaces ou de nouveaux usages (cloud computing).

Les investissements nécessaires à la mutation numérique auront-ils un impact sur la profitabilité ?

Sans doute. A titre d’exemples, Lloyds Banking Group va investir 1,5 milliard d’euros pour développer le numérique dans les trois années à venir et Nordea va augmenter ses investissements informatiques de 30 % à 35 % afin de construire une nouvelle plate-forme pour les métiers cœurs. En outre, si le régulateur européen s’empare du sujet de la cybercriminalité, les banques devront assumer une charge nouvelle et encadrée.

Est-ce compatible avec les programmes de réduction de coûts ?

Les banques poursuivent différents objectifs : organisation simplifiée, produits adaptés aux nouveaux modes de consommation, croissance ciblée, satisfaction client à prioriser, orientation stratégique vers les PME… Cela constitue des investissements amortis dans le temps. Mais l’efficacité et l’optimisation des coûts restent des axes stratégiques à horizon 2017.

A lire aussi