CMNE ne perd pas le Nord

le 15/05/2014 L'AGEFI Hebdo

Le Crédit Mutuel de Lille tend vers une organisation en conglomérat.

Le Crédit Mutuel Nord Europe lors d’un salon de l’immobilier, à Lille.
Le Crédit Mutuel Nord Europe lors d’un salon de l’immobilier, à Lille.
(rea)

Crédit Mutuel Nord Europe (CMNE) tient son assemblée générale ce 15 mai : l’occasion pour son président, Philippe Vasseur, et son directeur général, Eric Charpentier, de divulguer les résultats de 2013 et les avancées du plan stratégique annoncé à l’automne 2011 (lire le tableau ci-dessous). Le mutualiste pourra mettre en valeur la croissance de 8,3 % du produit net bancaire (PNB) de son pôle de bancassurance en France. « Depuis toujours, nous avons défendu nos marges, relève Eric Charpentier. Nous n’avons pratiquement pas de stock de crédits immobiliers à marge négative. En outre, notre ratio crédits sur dépôt est de 100 % : nous n’avons pas à nous lancer dans une guerre des dépôts. »

Pour son réseau, qui couvre sept départements dans le Nord-Pas-de-Calais, en Picardie et en Champagne-Ardenne (plus d’un million de clients), CMNE « maintient le nombre de points de vente [254, NDLR], même s’ils sont déjà répartis autrement, précise son directeur général. Les conseillers en agence sont au centre du dispositif. »

Ce n’est toutefois pas le pôle France qui fait la particularité du groupe – également présent en Belgique, au Luxembourg et désormais au Royaume-Uni. « En gestion d’actifs, avec La Française dont les encours dépassent les 43 milliards d’euros, nous poursuivons notre croissance endogène comme externe, sous forme d’affiliation, qui permet de diversifier notre distribution et nos activités », indique Eric Charpentier. Ces derniers mois, la branche dédiée à l’immobilier de La Française est ainsi entrée au capital de Forum Partners (24,9 %) et a racheté avec ce nouvel allié Cushman & Wakefield Investors. « Ce partenariat nous ouvre une compétence et une distribution en Europe et au-delà », se félicite Eric Charpentier. Dans les valeurs mobilières, la société a aussi acquis 40 % du londonien Tages Capital après son partenariat avec Inflection Point Capital Management (IPCM) UK (« L’Agefi Hebdo » du 20 février). « Notre pôle de gestion d’actifs est ainsi implanté à Londres avec différents partenariats et via une holding. Il s’est aussi ouvert sur l’Asie en portant de 20 % à 50 % notre participation au capital de JKC Management, à Hong-Kong », ajoute le directeur général de CMNE.

Nouvelles frontières

Même s’il lui manque encore des briques, le groupe a sans conteste l’ambition de bâtir un gérant toujours plus diversifié. « Nous devons renforcer nos métiers d’origine, créer avec un partenaire un pôle de gestion alternative plus puissant mais aussi fournir des outils favorisant un mode de financement alternatif de l’économie répondant aux besoins de clients institutionnels tant en France qu’en Europe », avance Eric Charpentier, qui ne doute pas que ce pôle va atteindre ses objectifs 2015 en volumes mais reste réservé sur ceux de rentabilité.

CMNE, qui assure à ce segment les moyens de son développement, ressemble de plus en plus à un ensemble de branches d’activités différentes mais réunies par des liens juridiques et financiers. Cela transparaît aussi avec son pôle Belgique (20 millions de résultats en 2013). Fin avril, CMNE a racheté MetLife Belgium géant américain de l’assurance-vie et de la prévoyance, par le biais de Nord Europe Assurances SA (NEA, son pôle d’assurances qui couvre la France, la Belgique et le Luxembourg). Cette opération se place dans la continuité des précédentes. Après avoir agrégé des banques régionales, le mutualiste a racheté en 2012 Citibank Belgium, rebaptisé Beobank. S’il est loin derrière BNP Paribas Fortis sur le marché belge, au septième rang, le lillois s’y place dans une perspective de développement, au contraire de Crédit Agricole qui a annoncé la vente de ses 50 % dans Crelan (issu de la fusion entre le Crédit Agricole et Centea, son homologue outre-Quiévrain).

« Citi et MetLife avaient un accord mondial, explique Eric Charpentier. En Belgique, il arrivait à terme mi-2015. Nous avons fait le choix de la reprise pour consolider notre pôle Belgique. » Même s’il accroît les ventes croisées en son sein, celui-ci a néanmoins encore de sérieux efforts à réaliser pour atteindre les objectifs, en particulier de coefficient d’exploitation, que sa maison mère lui a fixés pour 2015. Le numéro deux de CMNE, Christian Nobili, directeur général délégué chargé de l’exploitation, a d’ailleurs été nommé à la tête du comité de direction de Beobank le 7 mai.

En tout cas, avec MetLife Belgium (60 millions de primes encaissées en 2013), le pôle assurances de CMNE double quasiment la taille de ses activités dans ce pays. Il y a en effet collecté 82 millions d’euros de primes en 2013, exclusivement via ACMN Vie qui y dispose d’une succursale depuis dix-huit mois. De quoi faire des envieux, même parmi les plus puissants du groupe Crédit Mutuel en France… La branche de Strasbourg, qui rassemble 11 fédérations du Crédit Mutuel et CIC (CM11-CIC), n’a-t-elle pas indiqué son intension de se diversifier ? Or, le pôle d’assurances rassemble désormais trois entités à 100 %  CMNE (ACMN Vie, Nord Europe Life Luxembourg et MetLife Belgium), ainsi que ACMN IARD détenu à 51 % par la branche de Lille – mais opéré depuis Strasbourg, CM11-CIC en détenant 49 %. Du fait de sa relative autonomie, dans son organisation de type conglomérat autour de pôles constitués d’entités en propre ou en partenariat, Crédit Mutuel Nord Europe pourrait parfaitement envisager de revoir ses frontières en assurances.

Sur le même sujet

A lire aussi