Les banques américaines en ordre dispersé

le 23/07/2015 L'AGEFI Hebdo

RMBS. Les principales banques américaines ont soufflé le chaud et le froid à l’occasion de la publication des résultats du deuxième trimestre. En témoigne la facture juridique en chute de 57 % à 291 millions de dollars affichée le 14 juillet par JPMorgan… trois jours avant que la banque ne convienne de verser 388 millions de dollars pour mettre un terme à des poursuites d’investisseurs. Ces derniers l’accusaient de tromperie sur la vente avant la crise de 10 milliards de titrisations adossées à des crédits hypothécaires (residential mortgage-backed securities, RMBS). Et si le front des litiges est dans l’ensemble plus apaisé, Goldman Sachs a concédé au deuxième trimestre des provisions correspondantes de 1,45 milliard, contre 284 millions l’an passé. La banque est en outre celle ayant le plus souffert de l’atonie générale du trading de produits de taux, changes et matières premières (FICC), avec un repli de 28 %, tandis que JPMorgan, Bank of America et Citigroup accusaient des baisses de 10 %, 9 % et 1 %. Morgan Stanley se distingue avec une hausse de 25 %

A lire aussi