L’avis de… Jean-Bernard Mateu, associé Equinox-Cognizant

« Augmenter sa production et réaliser des économies d’échelle »

le 19/06/2014 L'AGEFI Hebdo

« Augmenter  sa production et réaliser  des économies d’échelle »
Jean-Bernard Mateu, associé Equinox-Cognizant

Récupérer 100 % de Laser, n’est-ce pas pour BNP Paribas Personal Finance se lester d’un poids dont elle n’avait pas besoin ?

Certes, tout le secteur du crédit à la consommation fait face à un ralentissement, mais je n’imagine pas que BNP Paribas Personal Finance ne puisse pas transformer cette acquisition en opportunité. Je ne dis pas que l’intégration de Laser va être simple, mais il y a des synergies à attendre. En regardant du côté des systèmes d’information, par exemple. Depuis le 1er janvier 2013, BNP Paribas Personal Finance a créé une co-entreprise avec Natixis Financement qui a pour rôle d’éditer un logiciel de gestion des contrats de crédits à la consommation. En y intégrant l’activité de Laser, la maintenance informatique sera amortie sur une base beaucoup plus large. D’ailleurs, l’accord commercial signé l’année dernière qui régit les relations futures qu’entretiendront Galeries Lafayette et BNP Paribas Personal Finance est fondamental. Il est au cœur de la valorisation de Laser Cofinoga. Ce qu’achète la banque, c’est un espoir d’augmenter sa production et de réaliser des économies d’échelle.

Globalement, comment voyez-vous l’avenir du crédit à la consommation ?

Il ne faut pas tuer cette activité, c’est un moteur majeur de croissance. Il faut que les pouvoirs publics arrêtent de s’attaquer au crédit à la consommation et de le diaboliser en l’associant au surendettement. En revanche, je considère l’hostilité que les banques ont exprimée face à la mise en place d’un fichier positif - mesure de la loi Hamon retoquée par le Conseil constitutionnel en mars, mais remise au goût du jour par l’association Crésus dont l’objet est de prévenir le surendettement - comme un combat d’arrière-garde. Cela relève plutôt d’une démarche de protection pour éviter l’émergence de nouveaux entrants.

A lire aussi